Le Canada vote 2021

Coopération Canada félicite les libéraux pour leur victoire aux élections

Nous nous réjouissons de continuer à travailler avec le gouvernement fédéral afin de s’assurer que nous pouvons nous attaquer efficacement aux grands défis mondiaux tels que la crise climatique, la pandémie de la COVID, l’insécurité et la protection des droits de la personne et de l’égalité entre les genres.

 

Coopération Canada se fait le champion du secteur en ce qui a trait au secteur du développement international et de l’action humanitaire en période d’élections.  Pour nos membres et le secteur, nous faisons connaître les politiques de développement et humanitaire au Canada et mettons en évidence la position des partis politiques sur ces questions. 

En pourcentage de son revenu national brut, le Canada sabre depuis dix ans son budget consacré à l’aide internationale, laquelle englobe toute l’aide étrangère. En collaboration avec des membres et la communauté élargie de la coopération internationale, Coopération Canada a cerné pourquoi et comment l’aide au développement international assure la robustesse et la résonance de ses politiques étrangères tant sur le plan socioéconomique qu’environnemental. Un plan pour nous tous justifie ces investissements. Pour en savoir plus, cliquez ici.

 

Appel hebdomadaire sur les élections organisé par l’équipe de la Campagne de l’APD

Nous vous invitons à vous joindre à l’appel hebdomadaire sur les élections organisé par l’équipe de la Campagne de l’APD, qui a lieu chaque mardi à 13 h HAE, pour être à jour sur tout ce qui se passe pendant cette saison électorale. Pour cela, veuillez écrire à Ciana van Dusen à l’adresse Ciana@biggerthanourborders.ca. Nous vous ajouterons à la réunion hebdomadaire et vous enverrons également un bulletin électoral quotidien.

 

Webinaire  Élections fédérales : Impliquez-vous, défendez vos enjeux, connaissez les règles 

Si des élections sont déclenchées cet automne, serez-vous prêts? Avez-vous des plans pour défendre vos enjeux? Connaissez-vous bien la réglementation actuelle sur les activités de représentation qui s’applique aux périodes d’élections fédérales? 

Tout le monde et tous les organismes sans but lucratif ont la possibilité de parler de leurs enjeux lors d’une élection. C’est votre droit et certains diraient même votre devoir! Dans ce webinaire enregistré le 26 juillet 2021 les conférenciers Mark Blumberg (avocat spécialisé dans le droit des organismes sans but lucratif et des organismes de bienfaisance, associé chez Blumberg Segal LLP) et John Cameron (professeur associé à l’Université Dalhousie) ont donné un aperçu des principales réglementations et considérations que vous devez garder à l’esprit lorsque vous faites du plaidoyer dans le cadre d’élections fédérales.  

Visionnez le webinaire

Voir le diaporama (disponible en anglais seulement) 

 

Fiche d’information – Les élections, la publicité et les activités partisanes… Oh là là

Certaines activités exigent que les organisations s’enregistrent en tant que tiers pendant une campagne électorale. Cette fiche d’information présente les activités qui requièrent et celles qui ne requièrent pas l’enregistrement en tant que tiers, ainsi que d’autres directives à avoir présent à l’esprit. 

 Fiche d’information

 

Lettre à la Commission aux débats des chefs

Coopération Canada a envoyé une lettre à la Commission aux débats des chefs, dans laquelle nous demandons que le débat inclue des questions portant sur la politique étrangère du Canada et sur ses efforts de développement international.

Autres ressources 

Sondage auprès des partis politiques

Cooperation Canada mène une enquête auprès des différents partis politiques au Canada pour en savoir plus sur leur position en matière de coopération internationale et de politique étrangère. Nous publierons les réponses au fur et à mesure qu’elles nous parviennent.

Questions

Priorités en matière de politique étrangère 

1. Quelles sont les trois principales priorités de votre parti en matière de politique étrangère?  

2. La pandémie de la COVID-19 a-t-elle changé la façon dont votre parti perçoit la politique étrangère?

 

Investir dans des solutions mondiales 

3. Au cours de la dernière année, le Canada a reconnu son rôle crucial dans la lutte contre la COVID-19 à l’échelle mondiale et a augmenté ses investissements dans le domaine de l’assistance internationale. Mais nous savons qu’il ne s’agit pas d’une crise à court terme, et que les effets de la pandémie continueront d’avoir un impact sur la santé et les économies mondiales pendant des années. S’il est élu, comment votre parti s’assurerait-il que l’assistance internationale du Canada reflète l’ampleur et la complexité de la crise de la COVID-19 et de ses conséquences économiques, qui touchent de façon disproportionnée les groupes les plus vulnérables?

4. Le Canada s’est engagé à contribuer aux efforts mondiaux pour atteindre les objectifs économiques, sociopolitiques et environnementaux du Programme de développement durable à l’horizon 2030. En raison de la COVID-19, nous sommes plus loin d’atteindre ces objectifs aujourd’hui que lorsque le cadre a été approuvé pour la première fois en 2015. Que fera votre parti pour nous aider à nous remettre sur la bonne voie?

 

Politique d’aide internationale féministe

5. La politique du Canada en matière de coopération internationale (la Politique d’aide internationale féministe, PAIF) reflète les priorités stratégiques et ambitieuses formulées par les Canadien-ne-s et les partenaires canadiens dans le monde. S’il est élu, votre parti modifierait-il de quelque façon que ce soit la PAIF du Canada?

6. La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR), tels que la planification familiale, les soins maternels et l’accès à l’avortement sans risque, sont de plus en plus menacés par la pandémie de la COVID-19, l’évolution rapide des crises humanitaires et l’urgence climatique croissante. S’il est élu, comment votre parti fera-t-il progresser la SDSR au niveau mondial?

7. Les femmes, les filles et les groupes de genre divers ont été les plus durement touchés par la pandémie de la COVID-19. S’il est élu, que fera votre parti pour faire progresser l’égalité entre les genres au Canada et dans le monde?

 

Assistance humanitaire 

8. Quel est votre plan pour garantir que le Canada fasse sa juste part pour répondre aux besoins humanitaires accrus qui ont été aggravés par le COVID-19 et qui touchent les communautés les plus marginalisées dans le monde? 

 

Déplacement forcé 

9. Au moins 82,4 millions de personnes dans le monde ont été forcées de fuir leur foyer et la moitié des réfugiés dans le monde sont des enfants. Si vous êtes élu, comment votre parti soutiendrait-il les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et les communautés d’accueil au Canada et à l’étranger? 

 

Soutien à la société civile

10. La COVID 19 a entraîné une répression politique et le rétrécissement de l’espace de la société civile. Comment votre parti va-t-il soutenir la démocratie, la bonne gouvernance et une société civile plus forte au Canada et à l’étranger? 

 

Politique de bienfaisance 

11. Le Sénat du Canada a récemment approuvé le projet de loi S-222, qui vise à modifier les dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu, vieilles de 70 ans, qui entravent actuellement les partenariats efficaces et équitables des organismes de bienfaisance canadiens travaillant au pays et à l’étranger. Cette élection signifie que le processus d’approbation du projet de loi va recommencer. Comment votre parti compte-t-il résoudre cette question?  Votre parti appuierait-il ce projet de loi s’il était présenté de nouveau?

 

Droits de la personne, commerce et affaires 

12. Quelle est la position de votre parti sur la relation entre le commerce international et les droits de la personne

13. Quelle est votre position sur le rôle du Canada dans la réglementation de son industrie extractive à l’étranger et dans la résolution de conflits tels que celui du Yémen?

 

Action climatique

14. S’il est élu, votre parti respectera-t-il les engagements que le Canada a déjà pris en matière d’action climatique, y compris l’annonce récente d’un financement de 5,3 milliards de dollars sur cinq ans?

Réponses des partis

Bloc Québécois

Priorités en matière de politique étrangère

  1. Quelles sont les trois principales priorités de votre parti en matière de politique étrangère?

Nous souhaitons favoriser le multilatéralisme, notamment en renforçant le rôle d’organismes et de forums, comme l’OMS et l’Organisation des nations et des peuples non représentés.

Nous souhaitons également que le Québec puisse conduire lui-même toutes ses relations internationales dans ses champs de compétence.

Nous voulons également que le Canada fasse activement la promotion des droits de la personne, notamment en cessant l’exportation de tout matériel militaire vers des régimes qui violent les droits de la personne, comme l’Arabie Saoudite qui a pourtant été sévèrement blâmé par un groupe d’expert de l’ONU.

  1. La pandémie de la COVID-19 a-t-elle changé la façon dont votre parti perçoit la politique étrangère?

La pandémie a montré les nombreuses lacunes qui existent sur la scène internationale. Nous avons vu une montée du protectionnisme alors que les pays luttaient pour obtenir des fournitures médicales ou des vaccins. Nous devons également renforcer le rôle de l’OMS par un financement accru – tout en demandant plus de transparence et en analysant le travail de l’organisme. Il faut aussi aider les pays les plus vulnérables en leur fournissant des ÉPI et des doses de vaccins. Avec l’apparition de variants, tous devraient réaliser que le problème est mondial et il faut s’entraider pour en sortir.

 

Investir dans des solutions mondiales

3. Au cours de la dernière année, le Canada a reconnu son rôle crucial dans la lutte contre la COVID-19 à l’échelle mondiale et a augmenté ses investissements dans le domaine de l’assistance internationale. Mais nous savons qu’il ne s’agit pas d’une crise à court terme, et que les effets de la pandémie continueront d’avoir un impact sur la santé et les économies mondiales pendant des années. S’il est élu, comment votre parti s’assurerait-il que l’assistance internationale du Canada reflète l’ampleur et la complexité de la crise de la COVID-19 et de ses conséquences économiques, qui touchent de façon disproportionnée les groupes les plus vulnérables?

Le Bloc Québécois exige que le Canada augmente sa contribution en développement international à hauteur de 0,7% du PNB. Nous souhaitons également que les doses de vaccin supplémentaires soient données au programme COVAX, mais qu’une part substantielle soit donnée en priorité aux gouvernements ou régions qui n’ont pas accès aux vaccins, comme la Palestine, Taiwan ou le Kurdistan.

4. Le Canada s’est engagé à contribuer aux efforts mondiaux pour atteindre les objectifs économiques, sociopolitiques et environnementaux du Programme de développement durable à l’horizon 2030. En raison de la COVID-19, nous sommes plus loin d’atteindre ces objectifs aujourd’hui que lorsque le cadre a été approuvé pour la première fois en 2015. Que fera votre parti pour nous aider à nous remettre sur la bonne voie?

Nous souhaitons augmenter le financement aux organismes internationaux comme le Programme Alimentaire Mondial et l’Organisation mondiale de la Santé, en plus de l’aide directe du Canada à d’autres pays fragilisés, comme Haïti. Nous voulons également augmenter à 0,7% du Produit national brut notre contribution au développement international. Bien entendu, la crise climatique est un autre enjeu qui n’a pas de frontière, et c’est pourquoi le Bloc Québécois souhaite instaurer une série de mesure pour atteindre la carboneutralité. Nous voulons instaurer une péréquation verte pour favoriser une course à la carboneutralité au Canada, cesser toutes les subventions à l’énergie fossile en plus de mettre des objectifs par étapes avec contraintes pour forcer le gouvernement canadien à prendre au sérieux la crise climatique dans ses décisions.

 

Politique d’aide internationale féministe

5. La politique du Canada en matière de coopération internationale (la Politique d’aide internationale féministe, PAIF) reflète les priorités stratégiques et ambitieuses formulées par les Canadien-ne-s et les partenaires canadiens dans le monde. S’il est élu, votre parti modifierait-il de quelque façon que ce soit la PAIF du Canada?

Nous appuyons la politique d’aide internationale féministe, qui est l’un des rares bons coups du gouvernement fédéral en matière de développement international. Les femmes sont au cœur des collectivités et il est prouvé que les sommes investies servent mieux les collectivités lorsqu’elles sont offertes aux femmes.

6. La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR), tels que la planification familiale, les soins maternels et l’accès à l’avortement sans risque, sont de plus en plus menacés par la pandémie de la COVID-19, l’évolution rapide des crises humanitaires et l’urgence climatique croissante. S’il est élu, comment votre parti fera-t-il progresser la SDSR au niveau mondial?

Nous voulons faire cesser tout financement d’organisme – qu’ils soient religieux ou autres – qui s’opposent à l’utilisation de moyens de contraception ou à l’avortement. Il s’agit d’un pilier de l’engagement politique du Bloc Québécois.

7. Les femmes, les filles et les groupes de genre différent ont été les plus durement touchés par la pandémie de la COVID-19. S’il est élu, que fera votre parti pour faire progresser l’égalité entre les genres au Canada et dans le monde?

Nous défendons bec et ongles le droit inaliénable des femmes à disposer de leur propre corps.

Parité : Le Bloc Québécois souhaite encourager la participation des femmes à la vie politique en instaurant un remboursement plus élevé aux partis politiques qui font élire un nombre de femmes correspondant à la zone paritaire.

Assurance-emploi : Le Bloc Québécois propose une réforme ambitieuse de l’assurance-emploi pour mettre fin à l’abandon par l’assurance-emploi des jeunes mères lorsqu’elle perdent leur emploi à la fin de leur congé parental en étendant à 104 semaines la période de références pour ces femmes. Le Bloc Québécois propose un critère unique comportant une norme hybride pour les prestations régulières de 420 heures ou 12 semaines de 14 heures selon ce qui est le plus avantageux pour les travailleuses et travailleurs afin de permettre aux femmes et aux jeunes d’avoir accès au régime.

Violence : Le Bloc Québécois agira contre la violence conjugale en inscrivant en tant que facteurs aggravants la violence envers une conjointe ou un conjoint dans le code criminel. Le Bloc Québécois exigera que le fédéral contribue financièrement aux efforts du gouvernement du Québec en matière de prévention de la violence, notamment quant à l’étude de mise en place d’un tribunal spécialisé en matière de crimes sexuels et de violence conjugale.

Vie politique : Nous souhaitons encourager la participation des femmes à la vie politique en instaurant un remboursement plus élevé aux partis politiques qui font élire un nombre de femmes correspondant à la zone paritaire. Nous voulons également favoriser l’entreprenariat féminin.

Entrepreneuriat féminin : Le Bloc Québécois exigera qu’Ottawa contribue aux initiatives québécoises touchant l’accompagnement, la formation et le réseautage destinés aux entrepreneures. Le Bloc Québécois bonifiera la Stratégie pour les femmes en entrepreneuriat, notamment en y simplifiant les mesures fiscales aux entrepreneures à temps partiel (comme le rapport d’impôt, par exemple). Le Bloc Québécois propose d’inclure un critère spécifique aux entreprises à propriété féminine dans la politique d’approvisionnement du gouvernement et dans les processus d’appels d’offres publics et privés.

 

Assistance humanitaire

  1. Quel est votre plan pour garantir que le Canada fasse sa juste part pour répondre aux besoins humanitaires accrus qui ont été aggravés par le COVID-19 et qui touchent les communautés les plus marginalisées dans le monde?

Nous voulons que le Canada offre ses doses de vaccins aux régions et aux pays qui n’ont pas accès aux doses à cause de partis externes, comme la Palestine, le Kurdistan, le Tigré, Taiwan et plusieurs autres régions du monde. Il faut aussi participer davantage aux organisations internationales comme le Programme alimentaire mondial et l’Organisation mondiale de la santé afin d’aider les régions les plus vulnérables de la planète. À titre d’exemple, la famine guette aujourd’hui 14 millions d’Afghans, mais l’instabilité politique rend difficile l’acheminement des denrées essentielles. Nous souhaitons aussi que le Canada participe davantage aux missions multilatérales de l’ONU afin d’assurer la stabilité de certaines régions touchées. Il faut aussi aider les nombreux déplacés à travers la planète, qui sont souvent les personnes les plus vulnérables et qui vivent dans des situations précaires. La question des réfugiés climatiques deviendra une triste réalité très bientôt, conséquence des changements climatiques. Il faut aider les initiatives visant à diminuer les impacts, notamment par la construction de digues ou en tentant de lutter contre la désertification et la sécheresse – en plus de diminuer nos émissions de GES.

 

Déplacement forcé

  1. Au moins 82,4 millions de personnes dans le monde ont été forcées de fuir leur foyer et la moitié des réfugiés dans le monde sont des enfants. Si vous êtes élu, comment votre parti soutiendrait-il les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et les communautés d’accueil au Canada et à l’étranger?

Le Canada accueille beaucoup de réfugiés et est un leader en la matière. Mais il faut aussi prévenir le déplacement de populations. Ceci implique de faire cesser les violences dans les zones de conflit, lutter contre les changements climatiques et aider les autres pays à contenir les effets indésirables des changements climatiques.

 

Soutien à la société civile

10. La COVID-19 a entraîné une répression politique et le rétrécissement de l’espace de la société civile. Comment votre parti va-t-il soutenir la démocratie, la bonne gouvernance et une société civile plus forte au Canada et à l’étranger?

Au Canada, les lois sur le lobbyisme, l’éthique, l’accès à l’information ou la protection des dénonciateurs manquent de dents, s’appliquent parfois de façon plus ou arbitraire et les sanctions imposées sont quasi-inexistantes. C’est pourquoi le Bloc Québécois propose 5 mesures pour assainir le milieu politique et l’utilisation de l’appareil de l’État :

1. Le Bloc Québécois propose de donner plus de dents au Commissaire aux conflits d’intérêt et à l’éthique, et lui permettra notamment :
– De faire rembourser aux contrevenants le montant de la faute, lorsque celle-ci est quantifiable. Par exemple, lorsque l’ancien ministre des Finances Bill Morneau a dû rembourser les 41 000$ de cadeau de We Charity.
– D’imposer des amendes pouvant aller jusqu’à 10 000$;
– D’avoir la possibilité de suspension les privilèges parlementaires d’un élu;
– D’appliquer des règles plus sévères concernant les activités des membres de la famille immédiate d’’un élu ou d’un agent fédéral.

2. Le financement des partis politiques;

3. Cesser les nominations partisanes : Cet enjeu peut également être vu comme un autre avantage du financement public des partis politiques, puisqu’il s’agit d’une question de monnayer un poste en échange de dons et/ou de services. Il faut mettre en place un processus de sélection des juges basé sur les recommandations de comités indépendants chargés de fournir au gouvernement une liste de candidats approuvés.

4. Le remboursement de la subvention salariale. Tous les partis fédéraux, à l’exception du Bloc Québécois, ont recouru au programme de subventions salariales mis sur pied par le gouvernement Trudeau afin de soutenir les entreprises et les organismes sans but lucratif affectés par la crise de la COVID19.

5. Une loi sur l’intégrité de l’État. Le Bloc Québécois déposera la Loi sur l’intégrité de l’État.
– La loi s’inspirera des meilleures pratiques sur la planète et respectera les 20 critères proposés par l’Association internationale du Barreau
– Le Commissaire à l’intégrité de l’État relèvera du parlement plutôt que du gouvernement et Il protègera rigoureusement l’anonymat des dénonciateurs pour les inciter à s’exprimer sans crainte.
– Il n’enquêtera pas uniquement sur les cas de représailles contre les fonctionnaires mais se penchera sur les malversations elles-mêmes et il pourra enquêter sur tous les actes répréhensibles. Actuellement, les décisions gouvernementales les plus importantes sont protégées par le secret du cabinet et les achats les plus coûteux ne peuvent être enquêtés pour des prétextes de sécurité nationale.
– Ses conclusions seront publiques

 

Politique de bienfaisance

11. Le Sénat du Canada a récemment approuvé le projet de loi S-222, qui vise à modifier les dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu, vieilles de 70 ans, qui entravent actuellement les partenariats efficaces et équitables des organismes de bienfaisance canadiens travaillant au pays et à l’étranger. Cette élection signifie que le processus d’approbation du projet de loi va recommencer. Comment votre parti compte-t-il résoudre cette question? Votre parti appuierait-il ce projet de loi s’il était présenté de nouveau?

Nous souhaitons revoir constamment la Loi de l’impôt sur le revenu, notamment pour les organismes de bienfaisance. Plusieurs groupes nous ont contacté pour dénoncer certaines iniquités. Nous serions prêts à revoir tout le fonctionnement de la loi par rapport aux organismes de bienfaisance.

 

Droits de la personne, commerce et affaires

12. Quelle est la position de votre parti sur la relation entre le commerce international et les droits de la personne?

Nous dénonçons fermement le fait qu’Ottawa soit prêt à passer l’éponge sur les pires violations des droits de la personne lorsque vient le temps de faire du commerce. L’Arabie Saoudite est un cas frappant, alors qu’un groupe d’experts de l’ONU enquêtant sur les crimes commis au Yémen affirme que le Canada – qui continue de fournir des armes à l’Arabie Saoudite – est directement responsable de perpétuer le conflit. Au Bloc Québécois, nous croyons qu’il faut cesser de faire affaire avec des régimes qui violent les droits de la personne et nous avons toujours poussé le gouvernement à adopter des sanctions économiques contre de tels régimes.

13. Quelle est votre position sur le rôle du Canada dans la réglementation de son industrie extractive à l’étranger et dans la résolution de conflits tels que celui du Yémen?

La situation des minières canadiennes est honteuse. Le Bloc Québécois pousse pour renforcer le rôle de l’ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises afin de lui donner tous les outils pour mettre au pas les minières qui violent les droits de la personne. Nous souhaitons également que le Canada cesse toute exportation d’armes à l’Arabie Saoudite – qui est accusée par l’ONU de nombreuses exactions au Yémen.

 

Action climatique

14. S’il est élu, votre parti respectera-t-il les engagements que le Canada a déjà pris en matière d’action climatique, y compris l’annonce récente d’un financement de 5,3 milliards de dollars sur cinq ans?

Le Bloc Québécois préconise une hausse substantielle de l’enveloppe d’aide publique au développement et demande un plan crédible lui permettant d’atteindre la cible adoptée à l’assemblée générale de l’ONU sur recommandation de Lester B Pearson, soit 0,7% du produit national brut. C’est la condition première pour augmenter le financement lié au climat.

Quant au volet privé de l’initiative de finance verte, il faut admettre qu’il n’a pas très bien fonctionné jusqu’à maintenant. Il implique d’amener le secteur financier torontois à délaisser les investissements pétroliers au profit d’initiatives de développement vert, ici comme à l’étranger. Ces institutions auront besoin d’un message clair du gouvernement.

L’an dernier, la banque des règlements internationaux a conclu que le système financier canadien était très fragilisé par ses trop importants investissements dans des compagnies pétrolières zombie. Le secteur financier doit réaliser qu’être resté enfermé trop longtemps dans le 20e siècle risque de menacer sa stabilité future. L’occasion est belle pour provoquer un virage vert à Bay Street.

Au cours de la campagne, nous présenterons une initiative pour mobiliser le bassin de capitaux disponible dans les institutions financières pour financer des projets de développement verts ou des initiatives améliorant la résilience aux dérèglements climatiques. Notre plan forcera les institutions financières à présenter leur exposition aux risques climatiques dans leurs rapports annuels de même que leurs investissements dans les projets d’énergie fossile. De plus, nous nous inspirerons du rapport du groupe d’experts sur la finance durable pour exiger une diminution graduelle de la part que représentent les actifs pétroliers dans le bilan des institutions financières et une augmentation des actifs durables.

Le Parti Vert du Canada

Priorités en matière de politique étrangère

  1. Quelles sont les trois principales priorités de votre parti en matière de politique étrangère?
  • Respect du Droit international : Poursuivre une politique étrangère axée sur la promotion de la sécurité humaine et le respect de l’État de droit dans les relations avec les acteurs étatiques et non étatiques.
  • Poursuite d’une politique internationale de commerce équitable : Le Parti vert du Canada poursuivra une politique internationale de commerce équitable axée sur la promotion des principes environnementaux, sociaux et de gouvernance, un régime plus égalitaire pour l’échange de la propriété intellectuelle et des technologies propres, et une réduction de l’écart d’égalité entre les pays à revenu élevé et à faible revenu.
  • Importance des Objectifs de développement durable : Le Parti vert du Canada poursuivra une politique de développement international axée sur l’atteinte des Objectifs de développement durable, tout en mettant l’accent sur le soutien au développement d’économies sans carbone et sur les secours d’urgence et les catastrophes.

 

  1. La pandémie de la COVID-19 a-t-elle changé la façon dont votre parti perçoit la politique étrangère?

Les pays évaluent constamment vers qui ils se tourneront pour obtenir des alliances et du soutien dans la poursuite de leurs intérêts diplomatiques, économiques et de développement. Ce processus a été accentué par la COVID-19, au cours de laquelle le monde a été témoin de l’incapacité de la communauté internationale à aider les pays les plus vulnérables en temps opportun et de manière globale. Nous devons regagner la confiance de la communauté internationale par nos actions et en nous engageant dans des formes de collaboration plus égalitaires avec un ensemble plus diversifié de partenaires internationaux.  Dans un monde de plus en plus multipolaire, le Canada doit adopter une nouvelle approche des affaires étrangères et de la défense. Nous devons défendre la promotion de la sécurité humaine et des biens mondiaux, en donnant la priorité au soutien politique d’abord, et au soutien militaire en dernier recours. Le Canada doit respecter ses engagements et faire preuve d’un leadership et d’une fiabilité renouvelés sur des questions comme le climat, afin que nous puissions agir et réagir avec crédibilité dans la poursuite d’un monde plus juste, démocratique, pacifique et résilient.

 

Investir dans des solutions mondiales

  1. Au cours de la dernière année, le Canada a reconnu son rôle crucial dans la lutte contre la COVID-19 à l’échelle mondiale et a augmenté ses investissements dans le domaine de l’assistance internationale. Mais nous savons qu’il ne s’agit pas d’une crise à court terme, et que les effets de la pandémie continueront d’avoir un impact sur la santé et les économies mondiales pendant des années. S’il est élu, comment votre parti s’assurerait-il que l’assistance internationale du Canada reflète l’ampleur et la complexité de la crise de la COVID-19 et de ses conséquences économiques, qui touchent de façon disproportionnée les groupes les plus vulnérables?

Veuillez consulter notre réponse à la question 4 ci-dessous.

  1. Le Canada s’est engagé à contribuer aux efforts mondiaux pour atteindre les objectifs économiques, sociopolitiques et environnementaux du Programme de développement durable à l’horizon 2030. En raison de la COVID-19, nous sommes plus loin d’atteindre ces objectifs aujourd’hui que lorsque le cadre a été approuvé pour la première fois en 2015. Que fera votre parti pour nous aider à nous remettre sur la bonne voie?

Un gouvernement vert :

  • Formulera un plan pour respecter l’engagement du Canada à atteindre l’objectif de 0,7 % du revenu national brut consacré à l’APD d’ici 2030.
  • S’attaquera partout à la COVID-19 en investissant dans des systèmes de santé mondiaux plus forts qui permettront de prévenir de futures épidémies.
  • Assurera un plan de relance de la COVID-19 qui s’attaque à l’écart croissant dans l’économie des soins, particulièrement accentué par la pandémie, et qui fournit davantage de ressources aux femmes et aux filles du monde entier afin qu’elles puissent accéder à l’éducation, aux soins de santé, à une nutrition adéquate et conserver leur autonomie en matière de droits sexuels et reproductifs.
  • Mobilisera la juste part du Canada dans le financement international du climat, contribuera à hauteur d’un milliard de dollars par an pour les 5 prochaines années, avec une montée en puissance jusqu’à 4 milliards de dollars par an d’ici 2030.
  • Accroîtra les efforts d’aide au développement et les investissements économiques du Canada dans les domaines clés spécifiques que sont :
  1. Favoriser les carburants et les sources d’énergie de substitution qui réduisent considérablement la nécessité d’importer du pétrole et du gaz naturel et qui permettent à la nation bénéficiaire de devenir indépendante et/ou de détenir une participation majoritaire dans ces secteurs et/ou entreprises au fur et à mesure de leur développement;
  2. Se concentrer sur les secteurs de l’agriculture qui permettent l’adaptation et la souveraineté alimentaire par le biais de l’agriculture de subsistance et des méthodes d’agriculture commerciale nationale qui sont conformes aux principes de l’écologie et de l’égalité des sexes;
  3. Accroître le commerce bilatéral, dans la mesure du possible, pour faciliter l’exportation de produits à valeur ajoutée des petites économies insulaires;
  4. Soutenir et renforcer la coopération avec les organisations régionales afin de promouvoir l’objectif d’indépendance et de souveraineté régionales.
  • Mandatera et équipera les missions canadiennes à l’étranger pour élargir les partenariats entre les organisations de la société civile axés sur la promotion des droits de la personne, la résilience, la coopération scientifique et la réalisation des Objectifs de développement durable.
  • Honorera les obligations du Canada dans le cadre de la Convention sur la diversité biologique en fournissant un financement nouveau et substantiel pour la conservation de la nature dans les pays en développement et en mettant en œuvre des politiques visant à protéger la biodiversité dans le monde entier.

 

Politique d’aide internationale féministe

  1. La politique du Canada en matière de coopération internationale (la Politique d’aide internationale féministe, PAIF) reflète les priorités stratégiques et ambitieuses formulées par les Canadien-ne-s et les partenaires canadiens dans le monde. S’il est élu, votre parti modifierait-il de quelque façon que ce soit la PAIF du Canada?

La PAIF constitue une vision solide de l’aide internationale du Canada, mais sa mise en œuvre laisse à désirer. Une véritable politique féministe d’aide internationale mettra davantage de ressources directement entre les mains des organisations de la société civile dirigées par des femmes et ciblant les femmes dans les pays en développement, fournira une plus grande partie de notre aide internationale sous forme de subventions et adaptera les cadres de rapport et les indicateurs pour mieux refléter les concepts d’autonomisation et de changement de comportement. La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR), tels que la planification familiale, les soins maternels et l’accès à l’avortement sans risque, sont de plus en plus menacés par la pandémie de la COVID-19, l’évolution rapide des crises humanitaires et l’urgence climatique croissante. S’il est élu, comment votre parti fera-t-il progresser la SDSR au niveau mondial?

 

  1. La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR), tels que la planification familiale, les soins maternels et l’accès à l’avortement sans risque, sont de plus en plus menacés par la pandémie de la COVID-19, l’évolution rapide des crises humanitaires et l’urgence climatique croissante. S’il est élu, comment votre parti fera-t-il progresser la SDSR au niveau mondial?

Le Parti vert du Canada croit que le Canada devrait travailler avec d’autres nations par l’entremise de l’ONU, jouer un rôle de chef de file et contribuer au moins 20 % de l’APD pour atteindre l’objectif de développement durable (ODD) de l’ONU, soit l’accès universel aux SDSR. Cela comprend le soutien à l’éducation des filles et des garçons, l’autonomisation et la prise de décision des femmes, et l’utilisation de réformes légales et réglementaires pour soutenir l’autonomie corporelle et le pouvoir des femmes.

 

  1. Les femmes, les filles et les groupes de genre différent ont été les plus durement touchés par la pandémie de la COVID-19. S’il est élu, que fera votre parti pour faire progresser l’égalité entre les genres au Canada et dans le monde?
  • Assurer un plan de relance COVID-19 qui s’attaque à l’écart croissant dans l’économie des soins, particulièrement accentué par la pandémie, et qui fournit davantage de ressources aux femmes et aux filles du monde entier afin qu’elles puissent accéder à l’éducation, aux soins de santé, à une nutrition correcte et conserver une autonomie sur leurs droits sexuels et reproductifs.
  • Soutenir les 23 recommandations énoncées dans le rapport du LGBT Purge Fund intitulé Sortir de la purge, qui met en évidence la réalité selon laquelle les personnes LGBTQI2+ continuent de subir une discrimination importante sur les lieux de travail fédéraux.
  • Écouter les commentaires sur la nature appropriée des nouvelles questions du recensement fédéral de 2021 qui tentent de recueillir des données sur les Canadien-ne-s trans et non binaires.
  • Établir un programme de financement au sein de Santé Canada pour soutenir les organisations communautaires offrant des programmes ciblés de santé mentale et de bien-être des jeunes LGBTQI2+, y compris la prévention du suicide, le soutien par les pairs, la sortie du placard et le conseil.
  • Financer des programmes d’éducation et de sensibilisation menés par la communauté qui permettent de mieux comprendre les réalités intersexes et la diversité des sexualités et des identités de genre, ainsi que des programmes d’orientation pour diriger les personnes trans, non binaires et bispirituelles vers les services appropriés.
  • Mettre fin à l’interdiction discriminatoire, non scientifique et homophobe relative au don de sang.
  • Interdire et condamner la pratique d’opérations chirurgicales médicalement inutiles sur les enfants intersexués.
  • Interdire et condamner la pratique de la thérapie de conversion, sous toutes ses formes.
  • Garantir l’accès à des soins de santé sexuelle complets et à des soins de santé d’affirmation du genre, y compris les traitements hormonaux et les inhibiteurs, ainsi que les chirurgies de confirmation du genre.
  • Veiller à ce que les personnes trans, non binaires et bispirituelles, sans entreprendre d’opérations chirurgicales, puissent modifier leur désignation de sexe sur tous les documents officiels délivrés par le gouvernement fédéral, conformément à leur identité de genre.
  • Veiller à ce que le recensement national soit conçu pour refléter la diversité des identités sexuelles et de genre et poser des questions appropriées pour garantir une collecte de données adéquate, sûre et efficace.
  • Exiger des installations accessibles dans tous les bâtiments fédéraux, y compris des toilettes non sexistes, des vestiaires, etc. tout en réaffirmant le droit des personnes trans, non binaires et bispirituelles à utiliser les installations auxquelles elles s’identifient.
  • Veiller à ce que le Canada plaide au niveau international pour mettre fin à la discrimination et à la violence sanctionnées par l’État à l’encontre des personnes LGBTQI2+.
  • Soutenir toutes les recommandations du rapport Sortir de la purge, qui appelle à l’amélioration des politiques et des pratiques d’inclusion sur le lieu de travail.
  • Financer des programmes d’éducation et de sensibilisation menés par la communauté qui conduisent à une meilleure compréhension des réalités intersexes et de la diversité des sexualités et des identités de genre, ainsi que des programmes d’orientation pour diriger les personnes trans, non binaires et bispirituelles vers les services appropriés.
  • Mettre en œuvre de toute urgence les recommandations de l’examen externe de 2015 sur l’inconduite sexuelle et le harcèlement sexuel dans les Forces armées canadiennes (le rapport Deschamps).

 

Assistance humanitaire

  1. Quel est votre plan pour garantir que le Canada fasse sa juste part pour répondre aux besoins humanitaires accrus qui ont été aggravés par le COVID-19 et qui touchent les communautés les plus marginalisées dans le monde?

Le Parti vert du Canada soutient la création d’un fonds de financement humanitaire dédié dans le budget 2018. Cependant, il est essentiel que ce fonds continue de croître en réponse aux demandes humanitaires croissantes, tout en veillant à ce que le Canada fournisse un soutien adéquat dans des domaines tels que l’adaptation au climat, la prévention des conflits et la localisation de l’aide au développement, ce qui contribuera à atténuer l’impact et le coût des catastrophes humanitaires.

 

Déplacement forcé

  1. Au moins 82,4 millions de personnes dans le monde ont été forcées de fuir leur foyer et la moitié des réfugiés dans le monde sont des enfants. Si vous êtes élu, comment votre parti soutiendrait-il les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et les communautés d’accueil au Canada et à l’étranger?

Reconnaissant que fuir son foyer et sa communauté est toujours l’option de dernier recours pour les personnes déplacées, le Parti vert du Canada prioriserait les interventions visant à rendre la vie plus supportable dans les pays d’origine, tout en favorisant la cohésion sociale et le soutien aux communautés d’accueil, dont la grande majorité se trouve dans les pays en développement. De plus, un gouvernement vert :

  • Menera des discussions nationales et internationales pour définir le ” réfugié environnemental ” et son inclusion dans la catégorie des réfugiés au Canada, et acceptera une proportion appropriée des réfugiés environnementaux du monde au Canada.
  • Introduira des exceptions pour les frais de demande de résidence permanente et de citoyenneté en fonction du revenu du ménage (pour de nombreux réfugiés, les frais de demande de citoyenneté de 1 000 $ sont inabordables).
  • En reconnaissance du rôle que les travailleurs étrangers temporaires et les travailleurs de première ligne ont joué dans nos soins de santé et notre économie pendant la pandémie de COVID-19, introduira des possibilités d’accès plus ouvertes à la résidence permanente et plus accessibles pour ces travailleurs.
  • Améliorera les conditions pour les réfugiés et les demandeurs d’asile en s’attaquant au délai de traitement de plusieurs années, aux frais de demande inabordables et en éliminant les exigences de service fondées sur le statut.
  • Développera des stratégies sûres pour les travailleurs étrangers temporaires et les lanceurs d’alerte afin de dénoncer les employeurs abusifs sans perdre leur statut.
  • Accroîtra le soutien au parrainage des parents et des grands-parents par IRCC en augmentant le nombre de demandes acceptées et en diminuant les délais de traitement.
  • Réexaminera les interdictions d’adoption en provenance de pays à majorité musulmane afin que les parents adoptifs puissent rester ensemble tout au long de leur processus d’immigration, ainsi qu’autorisera l’adoption des personnes en provenance de ces pays par des citoyens canadiens.
  • Allégera les obstacles auxquels se heurtent les réfugiés au sens de la convention pour retrouver leurs enfants et les faire venir au Canada en rendant le processus plus accessible.

Supprimera les exigences de visa pour la plupart des parents qui rendent visite à leurs enfants, y compris les étudiants internationaux, les travailleurs temporaires, les citoyens canadiens et les réfugiés au sens de la convention.

 

Soutien à la société civile

  1. La COVID-19 a entraîné une répression politique et le rétrécissement de l’espace de la société civile. Comment votre parti va-t-il soutenir la démocratie, la bonne gouvernance et une société civile plus forte au Canada et à l’étranger?

Notre pays a fait des progrès considérables dans le passé, mais il reste beaucoup à faire. La tendance actuelle à détruire la société civile et à répandre la méfiance les uns envers les autres rendra de plus en plus difficile de respecter nos valeurs traditionnelles de paix, de primauté du droit et de bien commun, et d’être une force positive dans la communauté des nations. Le Parti vert du Canada reconnaît que l’adaptation et la résilience se produisent au niveau local. C’est également à ce niveau que des sociétés civiles dynamiques peuvent contribuer à donner du pouvoir aux gens, à faire entendre leur voix et à améliorer la gouvernance, la démocratie et la responsabilité.

Un gouvernement vert :

  • Soutiendra activement les efforts des groupes de la société civile qui œuvrent pour la paix, les droits de la personne et la justice au Canada et à l’étranger;
  • Engagera activement les pays à l’étranger dans la création de partenariats en matière d’aide au développement et d’investissements économiques qui favorisent nos idéaux mutuels de commerce équitable et de promotion d’une société civile forte, des droits de la personne et du respect des peuples autochtones et de l’environnement;
  • Encouragera la création de programmes de coopération qui offrent aux membres de la société civile tels que les avocats, les législateurs, les juges, les ingénieurs civils, les environnementalistes et d’autres professionnels de collaborer directement avec leurs homologues professionnels au Canada;
  • Mandatera et équipera les missions canadiennes à l’étranger pour élargir les partenariats entre les organisations de la société civile axés sur la promotion des droits de la personne, la résilience, la coopération scientifique et la réalisation des Objectifs de développement durable

 

Politique de bienfaisance

  1. Le Sénat du Canada a récemment approuvé le projet de loi S-222, qui vise à modifier les dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu, vieilles de 70 ans, qui entravent actuellement les partenariats efficaces et équitables des organismes de bienfaisance canadiens travaillant au pays et à l’étranger. Cette élection signifie que le processus d’approbation du projet de loi va recommencer. Comment votre parti compte-t-il résoudre cette question? Votre parti appuierait-il ce projet de loi s’il était présenté de nouveau?

Oui, les Verts soutiendront la réintroduction du projet de loi S-222 de la sénatrice Omidvar au cours de la prochaine législature. Ce projet de loi, connu sous le nom de Loi sur l’efficacité et la responsabilité des organismes de bienfaisance, englobe des réformes attendues depuis longtemps du modèle “direction et contrôle” que l’ARC applique aux organisations de la société civile en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu. Compte tenu de l’évolution du mode de fonctionnement des organisations de la société civile et du rôle croissant qu’elles doivent jouer dans le rétablissement de la COVID, l’action climatique et plus encore, il est temps de leur donner une plus grande liberté pour établir des partenariats plus égaux avec les organismes sans but lucratif et les petites organisations locales, tout en garantissant la responsabilité et la transparence.

 

Droits de la personne, commerce et affaires

  1. Quelle est la position de votre parti sur la relation entre le commerce international et les droits de la personne?

Le Parti vert du Canada poursuivra une politique internationale de commerce équitable axée sur la promotion des principes environnementaux, sociaux et de gouvernance, un régime plus égalitaire pour l’échange de la propriété intellectuelle et des technologies propres, et une réduction de l’écart d’égalité entre les pays à revenu élevé et ceux à faible revenu.

Un gouvernement vert :

  • Réorientera le commerce international en passant du “libre-échange” au “commerce équitable” afin de donner la priorité à la protection des droits de la personne, des normes du travail, de la diversité culturelle et des écosystèmes dans le monde.
  • Soutiendra les appels mondiaux en faveur d’une réforme de l’Organisation mondiale du commerce afin de garantir des mécanismes internationaux plus équitables, capables de lutter efficacement contre la pandémie et la crise climatique en cours.
  • Élaborera et mettra en œuvre des ajustements à la frontière pour le carbone afin que les entreprises canadiennes ne soient pas confrontées à la concurrence déloyale de juridictions polluantes.
  • Menera des discussions internationales pour réformer l’ADPIC (l’Accord sur les aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce) afin de s’assurer que les droits de propriété intellectuelle ne sont pas des obstacles à la réalisation et à l’avancement des droits de la personne sur le plan international et du développement propre.
  • Supprimera le modèle actuel de mécanismes de règlement des différends entre investisseurs et États (ISDS) dans tous les accords commerciaux existants et interdira son utilisation dans tout nouvel accord.

 

  1. Quelle est votre position sur le rôle du Canada dans la réglementation de son industrie extractive à l’étranger et dans la résolution de conflits tels que celui du Yémen?

Le Canada doit faire preuve d’un leadership et d’une fiabilité renouvelés dans sa façon de gouverner et de soutenir les pratiques des sociétés et les entreprises basées au Canada, afin de pouvoir agir et réagir avec crédibilité dans la poursuite d’un monde plus juste, démocratique, pacifique et résilient.

Un gouvernement vert :

  • Renforcera le mandat et les outils dont dispose l’Oombudsman canadien de la responsabilité des entreprises (OCRE) pour enquêter de manière indépendante sur les entreprises canadiennes opérant à l’étranger et rendre compte publiquement de ses conclusions.
  • Cessera tout soutien fédéral aux exportateurs canadiens d’armes et de combustibles fossiles, à l’exception d’éventuelles ventes nécessaires d’équipements de maintien de la paix en coopération avec les Nations unies.

 

Action climatique

  1. S’il est élu, votre parti respectera-t-il les engagements que le Canada a déjà pris en matière d’action climatique, y compris l’annonce récente d’un financement de 5,3 milliards de dollars sur cinq ans?

Le Parti vert du Canada se réjouit de l’annonce récente selon laquelle le Canada doublerait son enveloppe financière internationale pour le climat. Cependant, nous reconnaissons également que cette enveloppe n’atteint pas la part équitable du Canada et que d’autres améliorations peuvent encore être apportées à la manière dont ce financement est octroyé (par exemple, subventions par rapport aux prêts, BMD par rapport aux organisations locales de la société civile, répartition selon les genres, etc.).

Un gouvernement vert :

  • Mobilisera la part équitable du Canada dans le financement international du climat et mener les négociations en vue de la réalisation d’un objectif international de financement du climat pour l’après-2025.
  • Accroîtra les efforts d’aide au développement et les investissements économiques du Canada dans les domaines clés spécifiques qui : 1. Favorisent les carburants et les sources d’énergie de substitution qui réduisent considérablement la nécessité d’importer du pétrole et du gaz naturel et permettent en outre la croissance de la propriété indépendante et/ou majoritaire de ces secteurs et/ou entreprises par la nation bénéficiaire au fur et à mesure de leur développement ; 2. Se concentrent sur les secteurs agricoles qui prévoient l’adaptation et la souveraineté alimentaire à la fois par l’agriculture de subsistance et par des méthodes d’agriculture commerciale domestique conformes aux principes écologiques respectueux de l’environnement et de l’égalité entre les genres ; 3. Augmentent le commerce bilatéral, dans la mesure du possible, pour faciliter l’exportation de produits à valeur ajoutée provenant de petites économies insulaires ; 4. Soutiennent et renforcent la coopération avec les organisations régionales pour favoriser l’objectif d’indépendance et de souveraineté régionales.
Nouveau Parti démocratique
en attente d’une réponse
Parti conservateur du Canada

en attente d’une réponse

Parti libéral du Canada

PRIORITÉS EN MATIÈRE DE POLITIQUE ÉTRANGÈRE

1. Quelles sont les trois principales priorités de votre parti en matière de politique étrangère?

 Les défis mondiaux comme la pandémie de COVID-19 et la crise climatique montrent à quel point la santé, la sécurité et la prospérité des Canadiens sont profondément affectées par le monde qui nous entoure. En tant que membre du G7 et du G20, le Canada a un rôle important à jouer pour aider à façonner des avancées mondiales qui sont ambitieuses, progressistes et inclusives. Un gouvernement libéral réélu continuera de promouvoir une approche féministe, fondée sur des principes, de la politique étrangère axée sur les trois grands thèmes ci-dessous.

Promouvoir la démocratie et les droits de la personne

Nous appuierons les citoyens et les activistes du monde entier qui risquent leur sécurité pour réclamer des droits et libertés démocratiques, et nous continuerons à promouvoir la démocratie et les droits de la personne aux côtés de nos partenaires internationaux et de la société civile. Il s’agit à ce titre d’assurer un soutien accru, rapide et souple aux démocraties fragiles et émergentes; d’augmenter la présence diplomatique du Canada dans des régions revêtant une importance stratégique; de continuer d’assumer l’initiative en ce qui concerne le programme Femmes, Paix et Sécurité protégeant les femmes qui défendent les droits de la personne; et d’établir un Centre canadien pour la paix, pour l’ordre et pour la bonne gouvernance pour tirer parti de l’expertise et de l’assistance du Canada en la matière.

Notre politique étrangère féministe est ancrée dans les normes et critères des droits internationaux de la personne, et elle tient compte des expériences variées de différents groupes qui vivent de la discrimination en fonction de l’intersection de leurs identités. Un gouvernement libéral réélu multipliera par quatre les investissements annuels dans le Fonds canadien d’initiatives locales afin d’appuyer le travail des féministes, des activistes LGBTQ2 et des défenseurs des droits de la personne. Nous augmenterons l’appui aux femmes leaders et aux groupes féministes, en particulier au moyen de nouveaux fonds pour les organismes locaux de défense des droits des femmes.

En outre, nous viserons à exercer un leadership mondial pour ce qui est de permettre la réinstallation sécuritaire de ceux qui fuient des crises politiques ou de sécurité, y compris en facilitant la sortie et la réinstallation de citoyens afghans, notamment des activistes en faveur des droits des femmes, des journalistes et d’autres groupes à risque. Nous augmenterons le nombre de réfugiés admissibles, de 20 000 à 40 000. Nous continuerons aussi à agir avec nos partenaires internationaux afin de recueillir des fonds humanitaires supplémentaires et d’en arriver à un consensus sur la façon de soutenir et d’instaurer la démocratie, y compris en Afghanistan et au Liban.

Enfin, un gouvernement libéral réélu continuera de défendre le droit à la liberté d’expression et de s’opposer aux mauvais traitements ou à la détention de journalistes, en nous appuyant sur la Coalition pour la liberté des médias que nous avons mise sur pied avec le Royaume-Uni ainsi qu’en travaillant pour élargir la coalition mondiale établie par le Canada pour mettre fin à la pratique de la détention arbitraire. Nous aiderons à mettre sur pied une Cour internationale de lutte contre la corruption pour empêcher les dirigeants corrompus et les gouvernements autoritaires de faire main basse sur les ressources de leurs citoyens et d’entraver le développement.

Aider les personnes les plus vulnérables du monde

Tant au pays qu’à l’étranger, nous tenons à des politiques qui font avancer l’égalité, la diversité et l’inclusion. Nous continuerons d’être guidés par une approche féministe qui protège et fait progresser les droits et le bien‑être des femmes, des filles, des communautés LGBTQ2 et des groupes marginalisés, et qui lutte contre le racisme et la discrimination sous toutes leurs formes.

Nous maintiendrons le cap avec la Politique d’aide internationale féministe, et nous travaillerons pour appuyer les pays en développement à relever les défis de la COVID‑19 en accroissant l’aide du Canada au développement international chaque année d’ici 2030 afin d’atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies. Nous donnerons aussi au moins 200 millions de doses de vaccin aux populations vulnérables dans le monde par l’intermédiaire de COVAX d’ici la fin de 2022, et nous fournirons un financement additionnel pour soutenir une capacité améliorée de dépistage et de production dans les pays en développement.

Un gouvernement libéral réélu poursuivra le soutien historique du Canada à l’éducation pour faire en sorte que les enfants les plus marginalisés du monde aient accès à une éducation inclusive, équitable et de qualité, y compris en fournissant un nouveau financement pour l’éducation des jeunes filles et des réfugiés. Nous doublerons aussi le financement que nous accordons aux organismes locaux de défense des droits des femmes, nous continuerons à faire d’importants investissements dans les services en matière de santé sexuelle et génésique ainsi que dans l’économie mondiale des soins de santé, et nous apporterons une assistance accrue aux personnes handicapées dans les pays en développement.

Nous accroîtrons la capacité du Canada à établir des ponts aériens stratégiques à court et à long rayons d’action, de façon à renforcer la contribution du Canada aux opérations militaires de l’OTAN, de nos coalitions et de nos alliés à l’étranger et à améliorer notre soutien en matière d’interventions en cas d’urgence et de sinistre, au pays et à l’étranger. Nous accroîtrons la coopération et l’assistance que nous apportons à nos partenaires, à nos alliés et aux organisations internationaux comme les Nations Unies et l’OTAN, ainsi qu’à des organismes régionaux, pour l’aide humanitaire et le rétablissement après catastrophe, y compris les urgences sanitaires et climatiques, et les interventions à la suite de conflits.

Nous continuerons d’effectuer des investissements conséquents pour la biodiversité et la lutte contre les changements climatiques, et nous collaborerons avec nos partenaires internationaux pour mettre sur piedun Centre d’excellence sur le climat et la sécurité de l’OTAN au Canada afin de faire en sorte que le Canada et ses alliés soient en mesure de réagir aux menaces posées par les changements climatiques.

Commerce et innovation qui profitent à tous

Notre politique étrangère s’inspire de notre engagement indéfectible de créer une croissance économique qui profite à tous tout en appuyant la création d’emplois et de retombées économiques, et en assurant la prospérité de tous les Canadiens. En négociant des accords commerciaux et en attirant des investissements qui stimulent une croissance inclusive, nous continuerons de nous assurer que les intérêts et les valeurs des Canadiens sont au cœur de notre politique étrangère. Sous notre impulsion, le Canada est devenu le seul pays du G7 à avoir des ententes de libre-échange avec tous les autres pays du G7.

Le commerce a un rôle important à jouer dans notre plan pour une robuste relance économique, aussi bien au Canada qu’à l’étranger. Un gouvernement libéral réélu créera un nouveau carrefour fédéral pour aider les entreprises et les entrepreneurs du Canada à profiter pleinement des retombées de l’ACEUM, de l’AECG, du PTPGP et d’autres accords commerciaux. Nous lancerons une nouvelle stratégie

Asie-Pacifique globale pour approfondir les partenariats diplomatiques, économiques et en matière de défense dans la région, nous développerons une stratégie pour la coopération économique en Afrique et nous renforcerons la coopération économique dans notre hémisphère, notamment en poursuivant les négociations commerciales avec l’Alliance pacifique et en concluant des accords commerciaux bilatéraux avec des partenaires clés.

Conformément à notre approche raisonnée, nous instaurerons des lois pour éliminer le travail forcé des chaînes d’approvisionnement canadiennes et pour faire en sorte que les entreprises canadiennes qui ont des activités à l’étranger ne contribuent pas à des violations des droits de la personne. Aussi, nous améliorerons la stratégie du Canada en matière de conduite responsable des entreprises afin de veiller à ce que les compagnies et les sociétés d’État canadiennes observent les normes environnementales et sociales les plus élevées en matière de gouvernance d’entreprise. Pour garantir la sécurité nationale du Canada et pour prévenir la coercition économique, nous examinerons et moderniserons la Loi sur Investissement Canada, et nous fournirons des ressources supplémentaires pour aider les organismes de sécurité nationale à suivre, à évaluer et à atténuer les menaces à la sécurité économique découlant d’investissements étrangers.

Nous poursuivrons notre collaboration avec le G7, l’OTAN et des partenaires qui partagent une vision commune pour concevoir et pour prendre des mesures collectives contre les détentions arbitraires, la coercition économique, les cybermenaces, l’ingérence étrangère dans les processus démocratiques et les violations flagrantes des droits de la personne, y compris en ayant recours à des sanctions, en soutenant les institutions internationales et en prenant des mesures coordonnées pour renforcer les règles du commerce international. Nous renforcerons la collaboration et le partage d’information avec des partenaires canadiens et tous les ordres de gouvernement afin de gérer les risques pour la sécurité dans le cadre des partenariats de recherche et d’investissement étrangers. Nous adopterons également un projet de loi pour protéger l’infrastructure essentielle du Canada, y compris nos réseaux 5G, afin de préserver l’intégrité et la sécurité de nos systèmes de télécommunications.

Finalement, nous créerons un groupe de travail sur les politiques numériques pour intégrer les efforts à l’échelle du gouvernement et pour fournir des ressources supplémentaires afin de faire du Canada un leader de l’économie numérique et de façonner la gouvernance mondiale des technologies émergentes. Cela tirera parti de nos efforts visant à instaurer la première Charte numérique du Canada et à réformer nos lois pour protéger les renseignements personnels des particuliers.

 

2. Est-ce que la COVID-19 a changé la façon dont votre parti voit la politique étrangère?

Les défis mondiaux comme la pandémie de COVID-19 et la crise climatique montrent à quel point la santé, la sécurité et la prospérité des Canadiens sont profondément affectées par le monde qui nous entoure. La pandémie a également mis en évidence la mesure dans laquelle la société dépend des femmes, tant sur la première ligne qu’à la maison, tout en exposant les inégalités structurelles auxquelles font face les femmes dans toutes les sphères. L’autoritarisme, qui gagne du terrain, et la réémergence de la concurrence que se livrent les grandes puissances minent la paix et la sécurité internationales, la règle de droit et le respect des droits de la personne.

Dans ce contexte, nous croyons qu’il est essentiel que le Canada maintienne une approche féministe et raisonnée en matière de politique étrangère, et qu’il continue de promouvoir la démocratie et les droits de la personne, en particulier dans les démocraties fragiles et émergentes touchées par la pandémie. Il doit également soutenir les gens les plus pauvres et les plus vulnérables du monde en accroissant son aide internationale, en affinant et renforçant son approche féministe, et en préservant une réglementation ouverte du commerce. Les Canadiens doivent plus que jamais comprendre qu’il faut investir dans nos forces canadiennes et agir activement au pays et aux côtés de nos alliés pour bâtir un monde plus sûr et plus stable.

Nous croyons aussi qu’il est essentiel d’assurer un accès équitable aux vaccins et à d’autres fournitures essentielles pour répondre à la pandémie de COVID-19. Grâce aux 2,5 milliards de dollars que nous avons engagés au cours des 18 premiers mois de la pandémie, nous continuerons d’investir dans des mécanismes multilatéraux comme COVAX, notamment en faisant don d’au moins 200 millions de doses de vaccin d’ici la fin de 2022, et nous continuerons de fournir une aide bilatérale pour aider les pays à soutenir leurs populations vulnérables et à se remettre de cette crise mondiale. Nous continuerons de défendre un accès élargi au financement de développement, notamment par le biais d’une initiative que nous avons codirigée avec la Jamaïque et l’ONU.

 

Investir dans des solutions mondiales

3. Au cours de la dernière année, le Canada a reconnu son rôle essentiel dans la lutte contre la COVID-19 à l’échelle mondiale et a augmenté ses investissements dans l’aide internationale. Toutefois, nous savons qu’il ne s’agit pas d’une crise à court terme et que la pandémie continuera d’avoir des répercussions sur la santé et les économies de partout au monde dans les années à venir. S’il est porté au pouvoir, comment votre parti s’assurera-t-il que l’aide internationale du Canada reflète l’ampleur et la complexité de la crise de la COVID-19 et de ses conséquences économiques, qui ont une incidence disproportionnée sur les groupes les plus vulnérables?

 Sous notre direction, le Canada a été à l’avant-garde des efforts internationaux visant à contrer la pandémie de COVID-19. Nous avons mobilisé plus de 2,5 milliards de dollars en aide internationale en réponse à la pandémie COVID-19, notamment :

  • 1,3 milliard de dollars dans le dispositif pour accélérer l’accès aux outils de lutte contre la COVID-19, le principal partenariat international assurant un accès équitable aux tests, traitements et vaccins contre la COVID‑
  • Plus de 740 millions de dollars de financement pour de l’aide humanitaire et de l’aide au développement afin de répondre aux besoins urgents découlant de la pandémie de COVID‑
  • 541 millions de dollars pour adapter des accords de financement existants avec des partenaires afin de veiller à ce que leurs activités puissent répondre aux besoins urgents des pays en développement en lien avec la pandémie.

Nous avons également fait don de plus de 40 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 à COVAX, faisant du Canada l’un des principaux pays donateurs de vaccins par habitant.

Un gouvernement libéral réélu continuera de renforcer la réponse sanitaire mondiale à la COVID-19, d’appuyer des initiatives visant à garantir l’accès de plus de gens de partout au monde à des interventions sanitaires essentielles pour lutter contre la pandémie, notamment à des vaccins, à des produits thérapeutiques et à des systèmes de santé renforcés. Nous ferons don d’au moins 200 millions de doses de vaccins à des populations vulnérables du monde entier par l’entremise de COVAX d’ici la fin de 2022, et nous financerons l’amélioration des essais et de la capacité de production dans les pays en développement.

À l’avenir, nous travaillerons également à l’accroissement des investissements dans le soutien international afin d’aider des pays en développement à se remettre de la COVID-19 et à augmenter leur résilience aux futures vagues. Nous nous efforcerons de favoriser un rétablissement juste et équitable pour les pays en développement en réalisant des investissements dans l’éducation, en particulier pour les filles, ainsi que dans l’économie de la santé, et en veillant à ce que les femmes puissent contribuer aux efforts de reprise économique et en profiter pleinement. Nous appuierons également une reprise verte à la suite de la COVID-19 grâce à notre investissement de 5,3 milliards de dollars dans les finances climatiques, ce qui permettra aux pays en développement d’investir dans des initiatives qui réduisent la pollution et favorisent la résilience climatique dans leur relance économique.

 

4. Le Canada s’est engagé à contribuer aux efforts mondiaux pour atteindre les objectifs économiques, sociopolitiques et environnementaux du Programme de développement durable à l’horizon 2030. En raison de la COVID-19, nous sommes maintenant encore plus loin de ces objectifs que lors de l’approbation initiale du cadre en 2015. Que fera votre parti pour nous aider à rester sur la bonne voie?

 En février 2021, notre gouvernement a lancé la Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030 : Aller de l’avant ensemble, une étape importante dans la poursuite de la mise en œuvre du Programme de développement durable à l’horizon 2030 et dans la progression vers l’atteinte d’ODD au Canada et à l’étranger. La stratégie favorise une approche globale de la société pour l’atteinte des ODD, et s’appuie sur les trente mesures et les cinq principes fondamentaux énoncés dans Vers la Stratégie nationale du Canada pour le Programme 2030. Un gouvernement libéral réélu continuera d’appuyer cette approche de l’ensemble de la société, notamment en facilitant accès à des ressources par l’intermédiaire du programme de financement des objectifs de développement durable afin d’accroître la sensibilisation du public aux ODD, en soutenant de nouveaux partenariats pour promouvoir l’action, ainsi qu’en cernant et en mettant en œuvre des initiatives novatrices pour stimuler les progrès des ODD.

À l’échelle internationale, nous augmenterons l’aide au développement international du Canada chaque année en vue de 2030 afin de réaliser les objectifs de développement durable et de continuer à investir des sommes importantes dans tous les champs d’action de la Politique d’aide internationale féministe du Canada. Reconnaissant que l’aide publique au développement à lui seul ne suffit pas à atteindre les objectifs de développement durable, nous nous efforçons également de débloquer de nouvelles sources de financement supplémentaires. Nous continuerons de dialoguer avec des partenaires nouveaux et existants de la société civile et du secteur privé sur le financement novateur, notamment par la mise en œuvre continue d’initiatives comme le Programme d’innovation en aide internationale, FinDev Canada, le Programme de prêts souverains et le Fonds pour l’égalité, en veillant à ce que ces mesures soient entièrement conformes à l’approche féministe du Canada en matière de développement.

 

POLITIQUE D’AIDE INTERNATIONALE FÉMINISTE

 5. La politique du Canada en matière de coopération internationale – la Politique d’aide internationale féministe (PAIF) – reflète les priorités stratégiques et ambitieuses formulées par les Canadiens et Canadiennes et les partenaires canadiens dans le monde. S’il est élu, votre parti modifierait-il de quelque façon que ce soit la PAIF du Canada?

Nous sommes fiers d’avoir établi la première Politique d’aide internationale féministe du Canada, qui a révolutionné l’approche canadienne en matière d’aide internationale et établi de nouvelles normes mondiales d’aide transformationnelle. Dans le cadre de cette politique, nous avons réalisé des investissements sans précédent pour améliorer la qualité de vie des femmes, des filles et des populations vulnérables – qu’il s’agisse d’amasser 4,3 milliards de dollars pour l’éducation des filles lors de notre présidence du G7 ou de consacrer 14 milliards de dollars sur dix ans à la santé des femmes et des filles, notamment dans des services complets de santé sexuelle et reproductive.

Nous demeurons profondément résolus à respecter la Politique d’aide internationale féministe. Celle-ci donne suite aux recommandations formulées par un large éventail d’intervenants et est à l’image des valeurs canadiennes. Elle définit une approche fondée sur les droits de la personne et tient compte de toutes les formes de discrimination. Elle repose sur des données probantes et mise sur les compétences et l’avantage comparatif du Canada. En somme, nous continuons de croire qu’elle est le reflet de qui nous sommes en tant que Canadiens.

Un gouvernement libéral réélu compte préciser et renforcer la Politique d’aide internationale féministe. Cette politique continuera de guider notre travail visant à réduire la pauvreté et les inégalités dans le monde, à offrir une aide humanitaire, à aider les pays pauvres à s’adapter aux changements climatiques et à soutenir les personnes déplacées, en particulier en facilitant l’accès à l’éducation. Conformément aux principes du droit humanitaire, nous ferons continuellement le point sur la mise en œuvre de la politique en étroite collaboration avec les intervenants, notamment nos partenaires des pays en développement et de la société civile, et nous peaufinerons notre approche, si nécessaire, pour veiller à ce que l’aide internationale du Canada ait un impact maximal et demeure souple, adaptable et responsable.

 

6. La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR), tels que la planification familiale, les soins maternels et l’accès à l’avortement sans risque, sont de plus en plus menacés par la pandémie de COVID-19, l’évolution rapide des crises humanitaires et l’urgence climatique croissante. S’il est élu, comment votre parti fera-t-il progresser la SDSR au niveau mondial?

 Les investissements du gouvernement destinés à améliorer la santé, les droits et le bien-être des femmes et des enfants sont au cœur de l’aide internationale du Canada. Dans le cadre de la Politique d’aide internationale féministe :

  • Plus de 9,9 millions de femmes ont reçu de l’aide de la part de projets financés par le Canada qui ont aidé à prévenir, à contrer et à éliminer la violence sexuelle et fondée sur le sexe, dont le mariage précoce et forcé ou la mutilation génitale féminine;
  • Plus de 8,5 millions de femmes et de filles ont reçu des suppléments de micronutriments, y compris du fer et de l’acide folique;
  • Plus de 2,3 millions de femmes ont eu accès à des services de santé sexuelle et reproductive, y compris à des méthodes de contraception

Un gouvernement libéral réélu compte veiller à ce que la santé sexuelle et reproductive ainsi que les droits des femmes et des filles demeurent des priorités ainsi qu’un élément central du soutien du Canada à la reprise économique des pays en développement après la COVID-19. À compter de 2023, le Canada versera 700 millions de dollars par année en financement destiné à la santé et aux droits sexuels et reproductifs pour aider les femmes et les filles du monde entier à accéder aux services de santé de qualité dont elles ont besoin, notamment à des services d’avortement sûrs et légaux et à une éducation sexuelle complète.

 

7. Les femmes, les filles et les groupes de genre divers ont été les plus durement touchés par la pandémie de COVID-19. S’il est élu, que fera votre parti pour faire progresser l’égalité entre les genres au Canada et dans le monde?

 Nous continuerons de mettre en œuvre la Politique d’aide internationale féministe et de mettre l’accent sur l’égalité des genres dans toute l’aide internationale offerte par le Canada. Nous ferons aussi des investissements importants dans des services complets de santé sexuelle et reproductive, dans l’éducation des filles et dans l’économie mondiale des soins.

Étant donné que la COVID-19 a beaucoup sollicité les travailleurs de la santé de première ligne et que cette situation a des conséquences disproportionnées sur les femmes, le premier ministre a annoncé en juin 2021 un financement de 100 millions de dollars dans des programmes qui reconnaissent et réduisent la répartition inégale du travail rémunéré et non rémunéré lié à la prestation de soins et qui protègent les droits des personnes qui prennent en charge la prestation de soins en étant rémunérés ou non. Ces fonds destinés aux pays à revenu faible et intermédiaire renforceront la capacité des femmes à participer à l’économie, à l’éducation et à la vie publique. En parallèle, nous jouerons un rôle actif dans l’Alliance mondiale pour les soins à la personne, qui vise à coordonner les efforts déployés pour s’attaquer au fardeau des soins qui nuit aux débouchés économiques des femmes et accélérer la reprise économique d’une manière égalitaire à la suite de la pandémie de COVID-19.

Un gouvernement libéral réélu doublera également le financement des organisations communautaires au service des femmes. Ce financement, notamment dans le cadre du programme Voix et leadership des femmes, soutiendra les dirigeantes et les groupes féministes qui œuvrent à la promotion de la paix et à la protection des droits des femmes et des groupes vulnérables. Nous appuierons en outre la création en partenariat de l’Alliance mondiale multipartite pour des mouvements féministes durables. Ce nouveau partenariat créera un espace où il sera possible de se pencher sur les obstacles qui empêchent les femmes et les filles d’être traitées sur un pied d’égalité, notamment au moyen d’investissements et d’une meilleure planification entre les donateurs et les mouvements féministes.

 

AIDE HUMANITAIRE

 8. Quel est votre plan pour garantir que le Canada fasse sa juste part pour répondre aux besoins humanitaires accrus qui ont été aggravés par la COVID-19 et qui touchent les communautés les plus marginalisées dans le monde?

 Dès que la COVID-19 a frappé, nous avons joué un rôle de premier plan dans la réponse à la pandémie, en versant plus de 2,5 milliards de dollars en aide internationale et en facilitant le don de 40 millions de doses aux populations vulnérables par l’intermédiaire de COVAX. Un gouvernement libéral réélu donnera au moins 200 millions doses de vaccin aux populations vulnérables dans le monde par l’entremise de COVAX d’ici la fin de 2022, et fournira un financement additionnel pour soutenir une capacité améliorée de dépistage et de production dans les pays en développement.

La pandémie de COVID-19 a aussi accru l’insécurité alimentaire dans le monde entier en perturbant les chaînes de production, d’approvisionnement et de distribution. La famine aiguë est de plus en plus étendue et de plus en plus grave. Compte tenu de l’urgence de la situation, notre gouvernement a annoncé en août 2021 qu’il consacrerait 155 millions de dollars à l’aide humanitaire d’urgence et à l’aide au développement afin d’aider à prévenir la famine dans les pays touchés et de répondre aux besoins liés à la détérioration de la sécurité alimentaire et des besoins nutritionnels. Un gouvernement libéral réélu continuera d’augmenter tous les ans l’aide au développement international du Canada, en harmonie avec notre engagement à atteindre les objectifs de développement durable de l’ONU d’ici 2030.

Dans le cadre de la Politique d’aide internationale féministe, nous avons réalisé des investissements sans précédent pour améliorer la vie des femmes, des jeunes filles et des populations vulnérables. Nous avons notamment recueilli 4,3 milliards de dollars pour l’éducation des jeunes filles pendant notre présidence du G7 et engagé 14 milliards de dollars sur 10 ans pour la santé des femmes et des jeunes filles, entre autres pour des services en matière de santé sexuelle et reproductive. Étant donné la nature sexospécifique de cette pandémie et des besoins humanitaires grandissants auxquels les personnes les plus marginalisées dans le monde, nous savons que notre approche féministe continue d’être la bonne. Un gouvernement libéral réélu doublera le financement des organisations communautaires au service des femmes, qui sont les premiers répondants dans toutes les situations humanitaires. Il continuera aussi à faire des investissements importants dans des services complets de santé sexuelle et reproductive ainsi que dans l’économie mondiale des soins. Il poursuivra en outre le soutien historique du Canada à l’éducation pour que les enfants les plus marginalisés du monde aient accès à l’éducation inclusive, équitable et de qualité dont ils ont besoin et qu’ils méritent, notamment un nouveau financement pour l’éducation des jeunes filles et des réfugiés. Enfin, compte tenu de la marginalisation accrue causée par la COVID-19, nous aiderons davantage les personnes en situation de handicap dans les pays en développement.

 

DÉPLACEMENTS FORCÉS

 9. Au moins 82.4 millions de personnes dans le monde ont été forcées de fuir leurs foyers et la moitié des réfugiés du monde sont des enfants. Si votre parti est élu, comment va-t-il soutenir les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur du territoire et les communautés qui les accueillent au Canada et à l’étranger?

 Nous nous sommes engagés à bâtir le leadership mondial du Canada sur la cause des réfugiés et les enjeux humanitaires, et nous soutenons à fond des réponses globales et collectives à la situation des réfugiés qui sont alignées sur les principes du Pacte mondial sur les réfugiés. Nous avons poursuivi cette approche dans le cadre de la stratégie au Moyen-Orient, laquelle a consisté à investir plus de 4 milliards de dollars pour réagir aux crises en Irak et en Syrie, et remédier à leurs effets sur le Liban, la Jordanie et la région, ainsi qu’en réagissant d’une manière holistique aux crises provoquées par les déplacements forcés des populations au Venezuela et des Rohingyas. Dorénavant, nous allons également faire en sorte que le Canada continue à jouer un rôle actif dans ces crises et comme État coopérant dans la plateforme de soutien de la plateforme de soutien du Cadre global régional de protection et de solutions (MIRPS), lancée lors du Forum mondial sur les réfugiés en 2019. Nous allons chercher à jouer un rôle de chef de file mondial en aidant à la réinstallation sécuritaire de ceux qui fuient les crises politiques ou d’insécurité, notamment en facilitant le passage et la réinstallation en sécurité des citoyens afghans, en particulier les défenseurs des droits des femmes, les journalistes et les autres groupes à risque, en faisant passer de 20 000 à 40 000. Nous allons aussi élargir le nouveau volet d’immigration pour les défenseurs des droits de la personne et collaborer avec les groupes de la société civile pour assurer le passage sûr et la réinstallation des personnes menacées, notamment celles de l’Afghanistan et de Hong Kong.

Un gouvernement libéral réélu va aussi continuer à soutenir les efforts pour améliorer l’accès à une éducation de qualité pour les réfugiés et les autres personnes déplacées de force grâce à la défense des intérêts et à l’action collective, et au moyen de nos programmes. Nous allons accroître l’engagement du Canada en faveur de l’éducation des réfugiés par le truchement de la campagne « Ensemble pour l’apprentissage », une initiative de trois ans conduisant au deuxième Forum mondial sur les réfugiés en 2023, qui tire parti du leadership du Canada par le truchement de l’Initiative de Charlevoix sur l’éducation. La campagne va approfondir l’impact de nos programmes éducatifs pour les réfugiés, les autres personnes déplacées de force ainsi que les enfants et les jeunes des communautés hôtes, et il inclut la création d’un Conseil sur l’éducation des réfugiés en consultation avec la société civile canadienne ainsi qu’un engagement auprès du grand public canadien, notamment les populations de réfugiés et des diasporas au Canada, afin d’amplifier leurs voix. Ce travail va inclure un nouveau financement pour l’éducation des jeunes filles et des réfugiés.

 

SOUTIEN DE LA SOCIÉTÉ CIVILE

 10. La COVID-19 a entraîné une répression politique et une diminution de l’espace alloué à la société civile. Comment votre parti va-t-il soutenir la démocratie, la bonne gouvernance et une société civile plus forte au Canada et à l’étranger?

 Étant donné que les menaces et l’ingérence venant de l’étranger sont en hausse et que les tendances autoritaires se répercutent à plus grande échelle, nous croyons que, maintenant plus que jamais, il est temps de mettre la promotion de la démocratie, les droits de la personne et la primauté du droit au centre de notre politique étrangère. Nous appuyons les citoyens et les activistes du monde entier qui risquent leur sécurité pour réclamer des droits et libertés démocratiques, et nous allons continuer à promouvoir la démocratie et les droits de la personne aux côtés de nos partenaires internationaux et de la société civile.

Un gouvernement libéral réélu :

  • Faire de l’engagement du Canada en faveur de la démocratie et des droits de la personne une priorité stratégique fondamentale, notamment en accordant un soutien rapide et flexible aux démocraties fragiles et émergentes, en augmentant la présence diplomatique du Canada dans les régions revêtant une importance stratégique, et en collaborant plus étroitement avec nos partenaires diplomatiques pour promouvoir une gouvernance ouverte, transparente et inclusive dans le
  • Faire du Canada un refuge sûr pour ceux qui font l’objet de persécution en jouant un rôle de chef de file dans le monde en facilitant la réinstallation sécuritaire de ceux qui fuient les crises politiques ou d’insécurité, en particulier les défenseurs des droits de la personne, les journalistes, les féministes, les activistes LGBTQ2, les membres de minorités religieuses ou ethniques à risque, et autres groupes persécutés qui restent menacés. Nous allons élargir le nouveau volet d’immigration pour les défenseurs des droits de la personne et collaborer avec les groupes de la société civile pour assurer le passage sûr et la réinstallation des personnes menacées, notamment celles de l’Afghanistan.
  • Élargir la vaste coalition de plus de 65 États qui ont soutenu l’initiative du Canada visant à condamner et à éradiquer la pratique de la détention arbitraire, et à promouvoir un plan d’action pour coordonner les réponses internationales collectives à des cas spécifiques de détention
  • Permettre au personnel des ambassades canadiennes dans le monde de soutenir le travail des féministes, des activistes LGBTQ2 et des défenseurs des droits de la personne en quadruplant notre investissement annuel dans le Fonds canadien pour les initiatives
  • Défendre le droit à la liberté d’expression et s’opposer aux mauvais traitements et à la détention arbitraire des journalistes, en nous appuyant sur la Coalition pour la liberté des médias que nous avons mise sur pied avec le Royaume-Uni.
  • Soutenir les femmes leaders et les groupes féministes qui mènent les efforts pour promouvoir la paix et protéger les droits des femmes et des groupes vulnérables, notamment en accordant un nouveau financement dans le cadre du programme Voix et leadership des

Enfin, nous allons mettre sur pied le Centre canadien pour la paix, pour l’ordre et pour la bonne gouvernance afin de soutenir ces initiatives, et d’accroître la disponibilité de l’expertise et de l’assistance canadiennes pour ceux qui cherchent à bâtir la paix, à faire avancer la justice, à promouvoir les droits de la personne, l’inclusion et la démocratie, et à fournir une bonne gouvernance.

 

POLITIQUE RELATIVE AUX ORGANISMES DE BIENFAISANCE

 11. Le Sénat du Canada a récemment approuvé le projet de loi S-222 visant à amender les dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu datant d’il y a 70 ans, qui freinent actuellement les partenariats efficaces et équitables des organismes de bienfaisance du Canada œuvrant au pays et à l’étranger. Cette élection signifie que le processus d’approbation du projet de loi va recommencer à nouveau. Comment votre parti compte-t-il résoudre cette question? Est-ce que votre parti soutiendrait ce projet de loi s’il est réintroduit?

 Sous notre leadership, le Canada a pris d’importantes mesures pour améliorer la façon dont nous gérons et apportons l’aide au développement international et mobilisons les partenaires de la société civile pour assurer une plus grande efficacité, transparence et imputabilité. En 2019, par exemple, nous avons inversé de mesures imposées par le gouvernement Harper qui ciblaient en vertu de la Loi de l’impôt sur le revenu les organisations de la société civile impliquées dans un important travail de défense des intérêts.

Nous comprenons que les dispositions sur l’orientation et le contrôle émanant de la Loi de l’impôt sur le revenu demeurent une préoccupation importante pour les partenaires de la société civile. Bien que l’Agence du revenu du Canada a mis à jour ses consignes relatives aux règlements connexes et apporté des changements à ces derniers, nous reconnaissons que ces dispositions présentent un défi opérationnel pour les partenaires de la société civile, et qu’elles s’opposent aux valeurs et aux principes de l’efficacité des partenariats et de l’aide internationaux contemporains. Nous maintenons notre engagement en faveur de ces principes, qui incluent la transparence, l’imputabilité et l’intendance financières, et continuons à soutenir une approche de l’aide internationale en vertu de la Politique d’aide internationale féministe qui est basée sur la propriété locale et la prise de décisions participative et inclusive.

Un gouvernement libéral réélu va continuer à s’engager dans des consultations et un dialogue à grande échelle avec les parties prenantes au projet de loi S-222 afin de déterminer une voie à suivre qui permette aux partenaires de la société civile de forger des partenariats équitables tout en assurant néanmoins l’imputabilité et la transparence, et en préservant l’intégrité des règlements fiscaux du Canada s’appliquant aux organismes de bienfaisance.

 

DROITS DE LA PERSONNE, COMMERCE ET AFFAIRES

 12. Quelle est la position de votre parti sur la relation entre le commerce international et les droits de la personne?

 Nous croyons que la prospérité du Canada dépend de la préservation d’un commerce ouvert basé sur des règles, et nous allons continuer à promouvoir une approche raisonnée dans ce domaine, notamment en introduisant des lois pour éradiquer le travail forcé des chaînes d’approvisionnement canadiennes et pour faire en sorte que les entreprises canadiennes qui mènent des activités à l’étranger ne contribuent pas à la violation des droits de la personne. Nous allons continuer à renforcer les efforts pour promouvoir l’égalité des sexes dans le commerce. Il s’agit d’une priorité essentielle que notre gouvernement a soutenue dans les négociations commerciales, notamment au moyen du libellé des accords de coopération dans le domaine du travail et des chapitres des accords de libre-échange ayant trait à l’élimination de la discrimination dans l’emploi. Nous allons aussi améliorer et étendre la stratégie du Canada en matière de conduite responsable des entreprises et faire en sorte que les compagnies et les sociétés d’État canadiennes observent les normes environnementales et sociales les plus élevées en matière de gouvernance sociale.

 

13. Quelle est votre position sur le rôle que joue le Canada pour réglementer son industrie d’extraction à l’étranger et aider à mettre fin à des conflits comme celui au Yémen?

En 2018, notre gouvernement a institué l’Ombudsman canadien de la responsabilité des entreprises (OCRE). La création de l’OCRE, qui tire parti de l’expertise et du leadership que possède le Canada en matière de conduite responsable des entreprises, démontre notre engagement indéfectible envers la conduite responsable des entreprises, les droits de la personne et le commerce inclusif, engagement qui fait en sorte que tous les pans de la société puissent saisir les occasions qui découlent du commerce et des investissements. En mars 2021, l’OCRE a lancé son processus de plainte, lequel permet de recevoir les plaintes concernant la violation des droits de la personne découlant des opérations menées à l’étranger par des entreprises canadiennes dans les secteurs du vêtement, de l’exploitation minière, et du pétrole et du gaz.

À l’avenir, un gouvernement libéral réélu va continuer à soutenir le travail accompli par l’OCRE pour renforcer l’approche du Canada visant à s’attaquer aux cas présumés de violation des droits de la personne découlant des opérations menées à l’étranger par des entreprises canadiennes dans les secteurs du vêtement, de l’exploitation minière, et du pétrole et du gaz.

Cela va s’inscrire dans un effort plus vaste de la part de notre gouvernement pour améliorer la stratégie du Canada en matière de conduite responsable des entreprises, comme indiqué plus haut, faire en sorte que les entreprises et les sociétés d’État canadiennes respectent les normes environnementales et sociales les plus élevées en matière de gouvernance d’entreprise, et s’assurer que les compagnies canadiennes qui mènent des activités à l’étranger ne contribuent pas à la violation des droits de la personne.

Sous notre leadership, le Canada a fourni une aide humanitaire considérable et continue d’investir dans la paix et la stabilité au Yémen. Depuis 2018, le Canada a versé plus de 22 millions de dollars d’aide pour assurer la paix et la sécurité au Yémen afin de soutenir le processus de paix mené par les Nations Unies. Le premier ministre Trudeau a aussi appelé directement à mettre fin au conflit au Yémen, notamment en intervenant au G20 en 2018. Nous allons continuer à promouvoir le règlement pacifique des conflits dans le monde et soutenir les efforts visant à accroître la paix, la stabilité et la démocratie, notamment au Moyen-Orient.

 

ACTION CLIMATIQUE

14. Si votre parti est élu, va-t-il respecter les engagements que le Canada a déjà pris relativement à l’action climatique, notamment les 5,3 milliards de dollars récemment annoncés pour le financement climatique sur cinq ans?

 Nous reconnaissons que la crise climatique constitue une menace pour la vie, et que la protection de la planète et qu’une intervention face aux changements climatiques doit être au centre de tout ce que nous faisons. Qu’il s’agisse de conserver nos terres et nos océans, de préserver la biodiversité, d’investir dans la croissance propre ou de promouvoir le développement durable, nous allons continuer à collaborer avec nos partenaires internationaux afin de prendre des mesures audacieuses pour réagir à l’urgence climatique.

Sous notre leadership, le Canada a pleinement tenu son engagement de 2015 consistant à fournir 2,65 milliards de dollars sur cinq ans pour aider les pays en développement à lutter contre les changements climatiques. Les programmes et projets soutenus dans le cadre de cet engagement antérieur vont réduire ou éviter plus de 222 mégatonnes d’émissions de gaz à effet de serre, ce qui revient à retirer de la circulation environ 47 millions de voitures par année, permettre à au moins 5,9 millions de personnes de s’adapter aux effets des changements climatiques et mobiliser d’importantes contributions au financement climatique venant du secteur privé.

En juin 2021, le premier ministre a annoncé que cet engagement antérieur serait doublé et passerait à 5,3 milliards de dollars sur cinq ans, un montant qui inclut notamment un soutien accru pour l’adaptation, ainsi que des solutions naturelles et axées sur la nature qui cadre avec le Pacte du G7 pour la nature. Cet engagement accru de la part de notre gouvernement reconnaît que des mesures urgentes sont nécessaires pour s’attaquer aux crises interreliées que posent les changements climatiques et la perte de biodiversité et qui touchent d’une manière disproportionnée les plus pauvres et les plus vulnérables. Un gouvernement libéral réélu va tenir cet engagement et faire en sorte que nos pays en développement partenaires aient les ressources pour réduire la pollution et bâtir une résilience climatique.

Ce travail soutiendra nos mesures nationales de lutte contre les changements climatiques, y compris l’établissement d’une nouvelle cible climatique pour réduire de 40 à 45 % les émissions d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005 et atteindre à plus long terme la carboneutralité d’ici 2050. Nous avons présenté des cibles ambitieuses accompagnées d’un plan exhaustif visant à atteindre ces cibles soutenues par d’éminents climatologues et économistes.

Le Parti pour la Protection des Animaux du Canada
en attente d’une réponse
Quatrième front du Canada
en attente d’une réponse
Parti Nationaliste Canadien
en attente d’une réponse
Parti de l'Héritage Chrétien du Canada
en attente d’une réponse
Parti communiste du Canada

format PDF

Priorités en matière de politique étrangère

  1. Quelles sont les trois principales priorités de votre parti en matière de politique étrangère?

Trois de nos priorités en matière de politique étrangère sont les suivantes : 1) la mise en œuvre d’une nouvelle politique étrangère indépendante pour le Canada, fondée sur la paix, le désarmement, la coopération, la non-ingérence et la reconnaissance de la souveraineté et de l’autodétermination; 2) le retrait immédiat du Canada de l’OTAN et de toutes les autres alliances militaires; 3) le retrait et l’opposition aux efforts déployés par les États-Unis pour provoquer une nouvelle “guerre froide” contre la Chine et la Russie, ainsi que les provocations et les agressions contre des pays comme le Cuba, le Venezuela, la Syrie et l’Iran.

2. La pandémie de la COVID-19 a-t-elle changé la façon dont votre parti perçoit la politique étrangère?

La pandémie a mis en évidence et exacerbé des inégalités mondiales préexistantes. Elle a également permis à des gouvernements comme celui du Canada d’intensifier leur rhétorique et leurs politiques anti-chinoises, ce qui a pour effet de mettre en péril le commerce et l’emploi, d’accroître le racisme et la haine à l’égard des Asiatiques ici au Canada et dans le monde, et de créer un environnement plus agressif et dangereux dans les relations internationales. Cette réalité nous a amenés à accorder une plus grande priorité à la mise en œuvre d’une nouvelle politique étrangère basée sur la paix et la coopération, et à aider à construire les mouvements de base nécessaires pour y parvenir.

 

Investir dans des solutions mondiales

3. Au cours de la dernière année, le Canada a reconnu son rôle crucial dans la lutte contre la COVID-19 à l’échelle mondiale et a augmenté ses investissements dans le domaine de l’assistance internationale. Mais nous savons qu’il ne s’agit pas d’une crise à court terme, et que les effets de la pandémie continueront d’avoir un impact sur la santé et les économies mondiales pendant des années. S’il est élu, comment votre parti s’assurerait-il que l’assistance internationale du Canada reflète l’ampleur et la complexité de la crise de la COVID-19 et de ses conséquences économiques, qui touchent de façon disproportionnée les groupes les plus vulnérables?

Le Canada dispose de ressources abondantes pour contribuer véritablement à l’aide internationale. Malheureusement, une énorme partie de ces ressources est liée aux dépenses militaires. En réduisant les dépenses militaires de 75 %, dans le cadre d’une réorientation plus large de la politique étrangère vers la paix et la coopération, le Canada serait en mesure de participer plus pleinement et plus efficacement aux efforts déployés par les Nations Unies pour combattre les inégalités dans le monde. Cependant, cela nécessite également un changement dans la politique économique du Canada, qui doit s’éloigner des entreprises à but lucratif qui favorisent et maintiennent l’inégalité, particulièrement les industries minières et autres industries extractives.

4. Le Canada s’est engagé à contribuer aux efforts mondiaux pour atteindre les objectifs économiques, sociopolitiques et environnementaux du Programme de développement durable à l’horizon 2030. En raison de la COVID-19, nous sommes plus loin d’atteindre ces objectifs aujourd’hui que lorsque le cadre a été approuvé pour la première fois en 2015. Que fera votre parti pour nous aider à nous remettre sur la bonne voie?

Cela nécessite une approche globale, mais comme point de départ, nous insisterions pour que toute l’activité économique canadienne soit strictement surveillée et réglementée afin qu’elle soit conforme aux objectifs du développement durable. Cela signifie, par exemple, que toutes les entreprises opérant au Canada, qu’elles aient leur siège ici ou ailleurs, doivent être soumises à une législation stricte en matière de normes de travail, d’environnement, de normes sociales et de droits de la personne. Cette législation doit s’appliquer également, et tout aussi strictement, aux opérations commerciales canadiennes dans d’autres pays, aux opérations militaires canadiennes au Canada et dans d’autres pays, et aux opérations militaires étrangères au Canada (par le biais d’exercices conjoints, de bases partagées, etc.).

 

Politique d’aide internationale féministe

5. La politique du Canada en matière de coopération internationale (la Politique d’aide internationale féministe, PAIF) reflète les priorités stratégiques et ambitieuses formulées par les Canadien-ne-s et les partenaires canadiens dans le monde. S’il est élu, votre parti modifierait-il de quelque façon que ce soit la PAIF du Canada?

La PAIF englobe de nombreux objectifs généraux forts qui doivent être intégrés dans la politique et les relations extérieures. Elle pourrait être renforcée en s’engageant plus profondément et plus spécifiquement dans l’analyse et la conception locales (par opposition à “l’exportation” d’une version du féminisme). En outre, les objectifs de la PAIF doivent être abordés de manière cohérente dans un cadre plus global qui inclut d’autres réalités telles que le colonialisme, l’impérialisme et le racisme, à la fois dans leurs formes immédiates et en tant qu’héritages de plusieurs décennies. Plus précisément, la PAIF doit être renforcée en examinant comment ses objectifs sont souvent immédiatement compromis et submergés par des priorités globales de politique étrangère telles que la recherche du profit des entreprises.

6. La santé et les droits sexuels et reproductifs (SDSR), tels que la planification familiale, les soins maternels et l’accès à l’avortement sans risque, sont de plus en plus menacés par la pandémie de la COVID-19, l’évolution rapide des crises humanitaires et l’urgence climatique croissante. S’il est élu, comment votre parti fera-t-il progresser la SDSR au niveau mondial?

La santé sexuelle et reproductive, y compris l’accès à l’avortement sans risque, est fondamentale pour atteindre l’égalité entre les genres. Cela fait partie des soins de santé et doit être garanti. L’intégration d’un engagement envers les SDSR dans les priorités de la politique étrangère, y compris le financement, aidera à combattre cette inégalité. De plus, le gouvernement doit surveiller l’impact de l’activité économique canadienne sur les SDSR ici et dans le monde et prendre des mesures décisives pour s’assurer que les SDSR progressent grâce à cette activité.

7. Les femmes, les filles et les groupes de genre différent ont été les plus durement touchés par la pandémie de la COVID-19. S’il est élu, que fera votre parti pour faire progresser l’égalité entre les genres au Canada et dans le monde?

Dans l’immédiat, nous mettrions en œuvre une stratégie d’emploi et de revenu qui vise le plein emploi, un système national de garderies gratuites, des lois strictes sur l’équité en matière d’emploi et l’application de l’équité salariale. L’écart salarial entre les hommes et les femmes au Canada représente environ 150 milliards de dollars en salaires perdus pour les femmes et les personnes de sexe différent chaque année; combler cet écart sera un grand pas en avant pour faire progresser l’égalité entre les genres. Le gouvernement doit veiller à ce que les activités des entreprises canadiennes dans d’autres pays soient conformes aux lois sur l’équité ici au Canada.

 

Assistance humanitaire

8. Quel est votre plan pour garantir que le Canada fasse sa juste part pour répondre aux besoins humanitaires accrus qui ont été aggravés par le COVID-19 et qui touchent les communautés les plus marginalisées dans le monde?

La pandémie de la COVID-19 n’existe pas en vase clos. Plusieurs des crises humanitaires qui ont été mises en lumière par la pandémie ont, en fait, été causées ou exacerbées par la politique étrangère d’ingérence et d’agression du Canada. Par exemple, le Canada continue de vendre du matériel militaire à l’Arabie saoudite, malgré les preuves accablantes que ce matériel est utilisé dans la guerre contre le peuple du Yémen. Changer ces politiques de militarisme, d’ingérence et d’agression est un premier pas essentiel. De plus, le Canada doit s’engager pleinement dans les programmes internationaux qui répondent aux besoins immédiats des communautés touchées dans le monde. Il doit notamment prendre des mesures pour s’assurer que des vaccins sont produits et rendus accessibles, en quantité suffisante et gratuitement, à tous les pays du monde.

 

Déplacement forcé

9. Au moins 82,4 millions de personnes dans le monde ont été forcées de fuir leur foyer et la moitié des réfugiés dans le monde sont des enfants. Si vous êtes élu, comment votre parti soutiendrait-il les réfugiés, les personnes déplacées à l’intérieur de leur pays et les communautés d’accueil au Canada et à l’étranger?

Pour résoudre la crise des réfugiés, il faut s’attaquer aux politiques qui poussent les gens à fuir leur foyer. Une politique étrangère de paix, de désarmement et de non-ingérence est urgente, tout comme un engagement envers des politiques économiques mondiales fondées sur la justice climatique, la durabilité et l’égalité. En plus de cette approche, les réfugiés doivent bénéficier d’une aide humanitaire, d’un refuge sûr au Canada ou ailleurs avec le soutien du gouvernement canadien, d’un accès complet aux soins de santé et à l’éducation, ainsi qu’à tous les droits du travail, sociaux et autres, du droit à un retour complet et sûr, d’une protection contre la xénophobie et d’autres formes de discrimination, et d’un soutien pour la réunification des familles.

Soutien à la société civile

10. La COVID-19 a entraîné une répression politique et le rétrécissement de l’espace de la société civile. Comment votre parti va-t-il soutenir la démocratie, la bonne gouvernance et une société civile plus forte au Canada et à l’étranger?

Le Parti communiste est très préoccupé par la répression croissante des droits civils, démocratiques et du travail. Cette répression existait déjà avant la pandémie mais s’est accélérée dans le contexte de la crise sanitaire. Au Canada, nous demandons l’abrogation de la législation sur les ” lois de sécurité “, l’abolition de la GRC, du SCRS et du CST, le non-financement et la démilitarisation d’autres unités de police, un contrôle civil rigoureux de la police et la protection du droit à la dissidence, au rassemblement et à l’organisation. Sur le plan international, dans un contexte de coopération et de non-ingérence, ces engagements doivent se refléter dans la politique étrangère du Canada, y compris dans les activités commerciales et le commerce.

 

Politique de bienfaisance

11. Le Sénat du Canada a récemment approuvé le projet de loi S-222, qui vise à modifier les dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu, vieilles de 70 ans, qui entravent actuellement les partenariats efficaces et équitables des organismes de bienfaisance canadiens travaillant au pays et à l’étranger. Cette élection signifie que le processus d’approbation du projet de loi va recommencer. Comment votre parti compte-t-il résoudre cette question? Votre parti appuierait-il ce projet de loi s’il était présenté de nouveau?

Nous n’avons pas actuellement de politique sur cette législation spécifique.

 

Droits de la personne, commerce et affaires

12. Quelle est la position de votre parti sur la relation entre le commerce international et les droits de la personne?

Le commerce international du Canada est fondé sur la facilitation du profit pour les entreprises, que ce soit par l’exportation de capitaux, l’établissement d’installations de production dans d’autres pays, l’extraction de ressources ou la conquête de marchés mondiaux. Dans tous ces cas, il existe d’innombrables exemples de la façon dont la recherche du profit entre en conflit direct avec les droits de la personne. Tant que la politique étrangère sera guidée par le profit, les droits de la personne seront au second plan.

13. Quelle est votre position sur le rôle du Canada dans la réglementation de son industrie extractive à l’étranger et dans la résolution de conflits tels que celui du Yémen?

Le gouvernement canadien doit absolument réglementer les activités internationales des entreprises canadiennes de l’industrie extractive. Au minimum, ces entreprises doivent être tenues de respecter les mêmes lois sociales, environnementales et du travail que celles qui s’appliquent aux entreprises opérant au Canada. Les accords d’utilisation finale doivent être renforcés, appliqués à tous les pays, y compris les États-Unis, et mis en œuvre. Le rôle du Canada dans la progression et le maintien de la guerre contre le peuple du Yémen est honteux et doit cesser immédiatement.

 

Action climatique

14. S’il est élu, votre parti respectera-t-il les engagements que le Canada a déjà pris en matière d’action climatique, y compris l’annonce récente d’un financement de 5,3 milliards de dollars sur cinq ans?

Nous nous engageons à faire plus que ce que le gouvernement a annoncé. Le Canada doit prendre des mesures pour décarboniser l’économie (y compris les activités internationales des entreprises canadiennes), en réduisant les émissions de moitié d’ici 2030 et en les éliminant complètement d’ici 2050. Nous ne soutenons pas les systèmes d’échange de carbone, qui permettent aux entreprises d’exporter leurs activités émettrices de carbone dans d’autres pays tout en réduisant leur “empreinte” au Canada. Des pays comme le Canada ont accumulé une richesse incroyable au cours d’années d’expansion économique, ce qui a provoqué la crise climatique mondiale. Il incombe à ces pays riches de payer pour la justice climatique et les transitions justes dans le monde entier. 5,3 milliards de dollars sur cinq ans, c’est peu et cela doit être augmenté de façon considérable. En outre, le financement international du climat ne doit pas venir augmenter la dette d’autres pays, il doit se faire par le biais de subventions sans aide liée.

Parti Libre Canada
en attente d’une réponse
Parti Libertarien du Canada
en attente d’une réponse
Parti Marijuana

Le Parti Marijuana fonctionne de manière décentralisée.

Au-delà du fait que tous s’accordent à dire que le cannabis ne devrait en aucun cas être criminel, nos candidat-e-s sont libres d’exprimer leurs propres opinions.

Parti Marxiste-Leniniste du Canada
en attente d’une réponse
Alliance nationale des citoyens du Canada
en attente d’une réponse
Parti pour l'Indépendance du Québec
en attente d’une réponse
Parti Rhinocéros Party
en attente d’une réponse
Parti populaire du Canada
en attente d’une réponse
Parti de la coalition des anciens combattants du Canada
en attente d’une réponse