Coopération Canada félicite les libéraux pour leur victoire aux élections de 2021

Coopération Canada félicite les libéraux pour leur victoire aux élections de 2021

Ottawa, le 21 septembre 2021 – Coopération Canada félicite le Parti libéral du Canada pour avoir remporté les élections fédérales de 2021, donnant lieu à un gouvernement libéral minoritaire. La communauté canadienne de la coopération internationale se réjouit de continuer à travailler avec le gouvernement fédéral afin de s’assurer que nous pouvons nous attaquer efficacement aux grands défis mondiaux tels que la crise climatique, la pandémie de la COVID, l’insécurité et la protection des droits de la personne et de l’égalité entre les genres. 

Pendant la campagne de 36 jours de l’élection surprise, Coopération Canada a envoyé un sondage aux partis pour aider à comprendre la position des candidat-e-s politiques sur les questions de coopération internationale et de politique étrangère. Nous avons reçu des réponses de six partis, dont le Parti libéral du Canada. 

Dans leur réponse, les libéraux ont promis de continuer à défendre l’égalité entre les genres sur la scène mondiale en renforçant le potentiel de la Politique d’aide internationale féministe (PAIF) et en augmentant chaque année l’aide au développement international jusqu’en 2030 afin de contribuer à la réalisation des Objectifs de développement durable (ODD). Les libéraux ont également promis de continuer à lutter contre la pandémie mondiale de la COVID en respectant les engagements pris par le gouvernement précédent dans le cadre de l’initiative mondiale de partage des vaccins COVAX, à savoir faire don d’au moins 200 millions de doses de vaccin d’ici la fin de 2022 à des groupes touchés de manière disproportionnée par la pandémie, et investir 5,3 milliards de dollars dans le financement climatique pour soutenir une reprise verte après la COVID-19. 

« Nous avons hâte de continuer à travailler avec le gouvernement du Canada et le ministre du Développement international, afin de contribuer à un monde plus juste et plus durable pour tous », a déclaré Nicolas Moyer, PDG de Coopération Canada. « Notre secteur partage de nombreuses priorités mises en avant par le parti libéral et se réjouit d’aider le Canada à réaliser son plein potentiel pour une politique d’aide internationale féministe efficace et impactante ». 

Consultez ici toutes les réponses des partis fédéraux à notre enquête électorale 

Coopération Canada remercie tous les partis pour leur participation au discours politique canadien et à la démocratie, notamment leur réponse à notre enquête auprès des partis. Cela nous est utile, ainsi qu’à nos membres, afin de mieux comprendre la plateforme et les priorités de chaque parti en matière de coopération internationale et de politique étrangère. 

Coopération Canada rassemble et défend les organisations humanitaires et de développement international du Canada en réunissant les leaders du secteur, en influençant les politiques et en renforçant les capacités. Ensemble, nous travaillons avec des partenaires à l’intérieur et à l’extérieur du Canada pour bâtir un monde plus juste, plus durable et plus sûr. 

 

Contact média 

Kat Guerin, Gestionnaire des communications 

kguerin@cooperation.ca 

L’Afghanistan fait la une des journaux, mais la politique étrangère est exclue du débat en anglais des chefs.

L’Afghanistan fait la une des journaux, mais la politique étrangère est exclue du débat en anglais des chefs.

Au cours du long week-end de la Fête du Travail, le Groupe de diffusion des débats a annoncé les thèmes des débats officiels des chefs fédéraux qui auront lieu mercredi et jeudi soirs cette semaine. La politique étrangère et tout ce qu’elle englobe est manifestement absente du débat en anglais. 

Tout au long de la campagne, les chefs ont pris des engagements importants en matière de logement abordable et de soins de santé; des domaines de politique qui relèvent de la compétence des provinces. Contrairement à ces questions, la politique étrangère, notamment toutes ses facettes en matière de commerce, de développement international, de santé mondiale, de défense et d’immigration, relève uniquement du gouvernement fédéral. Dans le seul débat officiel qui se tiendra en anglais, les chefs doivent être interrogés sur les nombreuses questions cruciales de politique étrangère qui continuent à ébranler les Canadiens et les Canadiennes tout au long de la campagne. 

Pendant des semaines, l’Afghanistan a fait la une des journaux, mettant en lumière les leaders communautaires, les travailleurs humanitaires et les défenseurs des droits des femmes qui ont travaillé aux côtés des Canadien-ne-s pour construire un avenir pour leur pays dont ils pourraient être fiers. Les chefs de tous les partis politiques doivent faire preuve de transparence quant à leur plan pour la région, à la responsabilité du Canada envers les nombreuses personnes laissées de côté et à la manière dont l’expérience de l’Afghanistan devrait façonner la politique étrangère canadienne dans les décennies à venir. 

Au moment où ces histoires disparaissent des journaux, il est essentiel de ne pas les oublier. Cela est également vrai pour les milliards de personnes dans le monde qui n’ont pas encore reçu de vaccin contre la COVID-19. À l’heure où les Canadien-ne-s sont aux prises avec une quatrième vague croissante de la pandémie, il est clair que nous ne pourrons pas mettre fin à la COVID-19 ici tant que nous n’y mettrons pas fin partout.  Pourtant, aujourd’hui, moins de 2 % des personnes vivant dans des pays à revenu faible ou intermédiaire ont été vaccinées. Cette statistique indique que nous sommes loin d’avoir terminé notre lutte contre ce virus.  L’approche du Canada en matière de politique étrangère jouera un rôle important pour mettre fin à la menace des nouvelles variantes et préserver notre relance économique. 

Notre relance mondiale après la COVID-19, et le risque de perdre deux décennies de progrès sur les droits des femmes en Afghanistan ne sont que quelques-unes des conversations mondiales importantes qui ne peuvent être balayées sous le tapis. Inclure la politique étrangère dans le débat en français est une étape importante, mais ce n’est tout simplement pas suffisant. En 2019, plus de 14 millions de Canadien-ne-s ont suivi le débat en anglais, contre 5 millions de téléspectateurs pour le débat en français. Les chefs doivent rendre des comptes aux Canadien-ne-s dans les deux langues officielles. Dans l’état actuel des choses, la majeure partie du pays n’entendra pas les plans des partis concernant un pilier central de la responsabilité fédérale. 

Nicolas Moyer, Directeur général de Coopération Canada, déclare : « Les débats sont importants pour notre démocratie. Ils devraient avoir de l’importance, mais ils ne peuvent pas en avoir lorsque des questions majeures sont écartées. C’est pourquoi nous nous sommes joints à de nombreuses associations dans le domaine de la politique étrangère depuis le début des élections pour demander à la commission des débats d’inclure la politique étrangère comme thème de débat. Notre pays et notre monde étant à un tournant, le plan du Canada pour son rôle dans le monde n’a jamais été aussi important. » 

Lors de cette élection, donnons à nos chefs l’occasion d’avoir une conversation honnête avec les Canadien-ne-s sur notre avenir mondial en mettant la politique étrangère à l’ordre du jour. 

Le Conseil canadien pour la coopération internationale réagit à l’annonce du Cabinet fédéral

Ottawa, ON (20 novembre, 2019) Le Conseil canadien pour la coopération internationale salue l’annonce faite aujourd’hui par le Cabinet, assignant les dossiers liés à la politique étrangère à François-Philippe Champagne, ministre des Affaires étrangères; Karina Gouldministre du Développement international; Maryam Monsef ministre des Femmes et de l’Égalité des genres; Jonathan Wilkinson, ministre de l’Environnement et du Changement  climatique; Mary Ng, ministre de la Petite Entreprise et de la Promotion des exportationsHarjit Sajjan, ministre de la Défense nationale; et Marco Mendicino, ministre de la Citoyenneté et de l’Immigration. Nous nous réjouissons à la perspective de travailler avec les nouveaux ministres qui s’emploieront à promouvoir unvolonté stratégique à s’engager à l’échelle mondiale et une politique internationale ambitieuse. 

 Le Canada doit faire sa juste part à l’échelle internationale pour atténuer et s’attaquer aux effets des changements climatiques extrêmes et de l’instabilité mondiale croissante.

Citations:  

 

« L’instabilité croissante et le changement climatique sont aggravés par la poussée du populisme, de l’autoritarisme et du nationaliste, et remettent en cause la structure mondiale et les valeurs de la politique internationale. Alors que les États-Unis se retirent des situations multilatérales et que le Royaume-Uni est soumis aux incertitudes du Brexit, l’occasion est maintenant donnée au Canada de jouer un rôle de premier plan. Nous pouvons mener ensemble un processus visant à établir un calendrier d’augmentations réelles de l’aide publique au développement du Canada qui répondra à l’ambition de la politique d’aide internationale du Canada. » 
Nicolas Moyer

PDG, Conseil canadien pour la coopération internationale

Le secteur canadien de la coopération internationale a accueilli favorablement l’engagements ferme pris par le gouvernement libéral en matière de partenariat avec la société civile, dans le cadre de son précédent mandat.  Nous nous réjouissons à la perspective de continuer à travailler main dans la main pour faire progresser la qualité et l’influence de la politique d’aide internationale canadienne. Nous attendons avec grand intérêt de travailler avec Affaires mondiales Canada pour réaliser le plein potentiel de la politique canadienne d’aide internationale féministe afin de générer des progrès mondiaux durables et inclusifs. 

 

-30- 

Pour plus d’informations et pour demander une entrevue avec Nicolas Moyer, veuillez communiquer avec : 

Sophie Rosa, DirectriceAffaires publiques et relations aux membres 

srosa@ccic.ca  / Tél. : (613) 219-6514 

 À propos du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI)  

Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) est l’association nationale du Canada qui représente les organisations humanitaires et de développement international. De concert avec ses organisations membres, le CCCI cherche à mettre fin à la pauvreté dans le monde et à promouvoir la justice sociale et la dignité humaine pour tous. Le CCCI s’est engagé à faire de cet objectif une priorité publique et à encourager les mesures nécessaires pour faire d’un monde sans pauvreté une réalité. 

Déclaration aux médias: le CCCI félicite le Parti libéral du Canada pour sa victoire aux élections fédérales 2019

Déclaration aux médias: le CCCI félicite le Parti libéral du Canada pour sa victoire aux élections fédérales 2019

Ottawa, ON (22 octobre 2019) – Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI), l’association nationale du Canada représentant les organisations humanitaires et de développement international, félicite le Parti libéral du Canada d’avoir remporté les élections fédérales hier. 

Le CCCI aimerait remercier le Parti libéral du Canada d’avoir pris le temps de répondre à notre questionnaire aux partis fédéraux et de partager sa position et ses priorités concernant le développement international et les questions de politique étrangère. Nous nous réjouissons à la perspective de continuer à collaborer avec le gouvernement du Canada sur ces questions. Nous espérons voir une augmentation réelle des investissements par rapport au revenu national brut, ce qui permettrait au Canada d’atteindre l’impact correspondant à l’ambition de ses politiques progressistes. 

Le CCCI a apprécié les relations positives et productives avec le gouvernement du Canada, notamment de solides relations de travail avec les ministres Marie-Claude Bibeau et Maryam Monsef. Au cours des dernières années, le gouvernement s’est fixé des objectifs ambitieux dans le cadre de sa Politique d’assistance internationale féministe pour concentrer l’aide internationale du Canada sur l’appui à l’égalité des sexes en tant qu’élément essentiel du développement durable. Cette politique a un potentiel énorme pour apporter des changements positifs durables aux populations du monde entier. Le CCCI espère que le gouvernement du Canada continuera de collaborer avec les organisations de la société civile pour établir les cadres nécessaires à la réalisation des objectifs fixés dans la politique. 

Citations:  

 

«L’appui du Canada à la coopération internationale témoigne de l’importance qu’il accorde à sa position de chef de file et à faire sa juste part dans le monde. Le CCCI se réjouit de continuer à travailler avec le gouvernement du Canada pour améliorer l’aide internationale du Canada, en vue de faire du Canada un chef de file mondial dans un monde en constante évolution et interconnecté. » 

Nicolas Moyer

PDG, Conseil canadien pour la coopération internationale

 30- 

À propos du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI)
Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) est l’association nationale du Canada représentant les organisations humanitaires et de développement international. En collaboration avec ses organisations membres, le CCCI cherche à éliminer la pauvreté dans le monde et à promouvoir la justice sociale et la dignité humaine pour tous. Le CCCI s’est engagé à faire de cet objectif une priorité publique et à encourager les actions nécessaires pour faire de ce monde sans pauvreté une réalité. 

Pour toute question des médias :
Thida Ith, agente des médias et des communications
tith@ccic.ca
Tél. : (613) 241-7007 poste 343
Cellulaire : (437) 779-0883

AVIS AUX MÉDIAS: Le Conseil canadien pour la coopération internationale réagit aux réductions de l’aide internationale proposées dans le programme électoral du Parti conservateur du Canada

AVIS AUX MÉDIAS: Le Conseil canadien pour la coopération internationale réagit aux réductions de l’aide internationale proposées dans le programme électoral du Parti conservateur du Canada

Ottawa, ON (1er OCT. 2019) – Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) s’inquiète de la réduction de 25 % de l’aide publique au développement (APD) proposée dans la plateforme électorale du Parti conservateur du Canada annoncée aujourd’hui. Dans une lettre envoyée au CCCI le 7 juin 2018, Andrew Scheer a déclaré: « Je crois aux avantages inhérents à l’aide au développement pour les Canadiens et les Canadiennes, et le monde. Les conservateurs sont déterminés à renforcer le bilan du Canada en matière d’aide étrangère. » Cela correspond au soutien public mis en évidence par un sondage récent : 81% des Canadiens sont d’avis que le Canada devrait faire sa juste part aux côtés des autres pays pour aider les pays en développement.

Le développement international et l’aide humanitaire sont des éléments importants du leadership mondial du Canada avec des retombées visibles. Par exemple, la Corée du Sud est passée d’un bénéficiaire important de l’aide à un partenaire commercial d’envergure pour le Canada et le monde. En moins de 25 ans, bien qu’il reste encore beaucoup à faire, le Rwanda, après avoir subi un génocide haineux, est passé de la crise à de grands progrès en matière de développement social et économique.

Le Parti conservateur a une longue tradition de leadership en développement international et en aide humanitaire. L’initiative du G8 à Muskoka pour la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants (SMNE), lancée en 2010 par le gouvernement conservateur, a été largement applaudie au Canada et à travers le monde. Le CCCI invite le Parti conservateur du Canada à poursuivre les discussions sur l’aide internationale et sur la façon dont le Canada peut continuer à être un chef de file mondial dans un monde interconnecté et en évolution rapide.

Le CCCI a publié un avis aux médias et une fiche de renseignements qui incluent des données sur le rôle du Canada en matière d’aide internationale. Le CCCI a envoyé un sondage aux chefs de partis politiques fédéraux sur leurs positions concernant les questions de coopération internationale. Nous invitons les parties à soumettre leurs réponses. Les résultats seront publiés sur notre site ici.

-30-

À propos du Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI)
Le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI) est l’association nationale du Canada représentant les organisations humanitaires et de développement international. En collaboration avec ses organisations membres, le CCCI cherche à éliminer la pauvreté dans le monde et à promouvoir la justice sociale et la dignité humaine pour tous. Le CCCI s’est engagé à faire de cet objectif une priorité publique et à encourager les actions nécessaires pour faire de ce monde sans pauvreté une réalité.

Pour toute question des médias :
Thida Ith, agente des médias et des communications
tith@ccic.ca
Tél. : (613) 241-7007 poste 343/ Cellulaire : (437) 779-0883

AVIS AUX MÉDIAS: Le Conseil canadien pour la coopération internationale réagit aux réductions de l’aide internationale proposées dans le programme électoral du Parti conservateur du Canada

Lettre à la Commission aux débats des chefs

 

Le CCIC a envoyé une lettre à la Commission aux débats des chefs, dans laquelle nous demandons que le débat, qui se tiendra la semaine du 7 octobre, inclue des questions portant sur la politique étrangère du Canada et sur ses efforts de développement international. La lettre a été soutenue par les membres du CCCI ci-dessous. Si vous être membre du CCCI et que vous souhaitez manifester votre soutien, vous pouvez signer la lettre ici.

 

Ottawa, le 24 septembre 2019

Le très honorable David Johnston
Commissaire
Commission des débats des chefs
155 rue Queen, pièce 301
Ottawa ON. K1P 6L1

Monsieur Johnston,

Nous, le Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI), organisme-cadre national représentant les organisations canadiennes qui œuvrent dans le domaine du développement durable et de l’aide humanitaire à l’échelle internationale, et ses membres soussignés, vous écrivons pour demander à la Commission aux débats des chefs d’inclure des questions portant sur la politique étrangère du Canada et sur ses efforts de développement international au débat des chefs qui aura lieu durant la semaine du 7 octobre.

Les Canadiennes et les Canadiens se soucient de la réputation internationale de leur pays et sont fiers, à juste titre, de ce que le Canada et ses ressortissants ont accompli à travers ses engagements diplomatiques, militaires, commerciaux et ceux facilitant le développement. Du canal de Suez à la Syrie et de la pluie acide aux mines antipersonnel, le Canada est doté d’une longue et forte tradition d’engagements constructifs et impactants au niveau mondial. Aujourd’hui, notre monde en rapide mutation requiert de notre gouvernement élu qu’il démontre une agilité et une volonté constante si le Canada souhaite à la fois exercer une influence sur les changements de nature mondiale et s’y adapter.

La population canadienne est consciente de l’importance de l’aide internationale dans le cadre de cet engagement. Un sondage récent mené par Nanos et le Partenariat canadien pour la santé des femmes et des enfants (CanSFE) a révélé les points suivants :

• 71 % des Canadiens reconnaissent que nous avons une obligation morale d’aider les gens qui vivent dans les pays en développement.
• 90 % considèrent que l’aide internationale contribue au renforcement de la paix et d’une stabilité mondiale accrue.
• 90 % reconnaissent que nous bénéficions tous lorsque les pays en développement sont des lieux stables pour travailler et vivre.
• 81 % reconnaissent que le Canada doit faire sa juste part pour aider les autres pays.

Les Canadiennes et les Canadiens comprennent que le Canada excelle lorsque le reste du monde va bien. Cependant, ils surestiment l’aide internationale du Canada, et cela de manière considérable – car l’aide publique au développement du Canada a presque atteint son plus bas niveau par rapport au revenu national brut. Il s’agit de la continuation du déclin des investissements en aide internationale sur plusieurs décennies.

La population canadienne a le droit de savoir comment les chefs dirigeront à l’étranger comme au pays. Le débat des chefs peut jouer un rôle non négligeable à cet égard. Aussi, je vous saurais gré de bien vouloir prendre en considération la présente requête et je serais heureux de pouvoir poursuivre cette discussion avec vous et les membres de votre conseil consultatif, le cas échéant.

Je vous prie d’agréer, Monsieur, l’expression de ma très haute considération,

 

Président – PDG
Conseil canadien pour la coopération internationale (CCCI)

 

Liste des organisations signataires:

Alberta Council for Global Cooperation
Amnesty International Canada
Association québécoise des organismes de coopération internationale (AQOCI)
Atlantic Council for International Cooperation
British Columbia Council for International Cooperation
Camfed Canada
Canadan Foodgrains Bank
Canadian Christian Relief and Development Association
Canadian Feed The Children
Canadian Lutheran World Relief
CCISD
CECI
Climate Action Network Canada
CODE
CoDevelopment Canada
Co-operative Development Foundation of Canada
Crossroads International
Cuso International
Développement international Desjardins
Grandmothers Advocacy Network
Interagency Coalition on AIDS and Development (ICAD)
Islamic Relief Canada
KAIROS: Canadian Ecumenical Justice Initiatives
L’Oeuvre Léger
Manitoba Council for International Cooperation
MCC Canada
MEDA
Northern Council for Global Cooperation
Nutrition International
Operation Eyesight Universal
Plan International Canada
RESULTS Canada
Right To Play
The Hunger Project
USC Canada
Veterinarians without Borders / Vétérinaires sans frontières
WaterAid Canada
World University Service of Canada
World Vision Canada