Coopération Canada reconnaît l’importance d’une collaboration stratégique dans les efforts visant à lutter contre le racisme systémique au Canada et à l’étranger. L’organisation est en train de mettre en place son propre processus interne de changement institutionnel antiraciste, et collabore avec le reste du secteur pour assurer des approches collectives et inclusives.

Le racisme systémique existe partout, y compris dans le secteur de la coopération internationale, qui vise à contribuer à la construction d’un monde meilleur et plus juste. Pour réaliser cet objectif, nos organisations doivent examiner l’héritage de préjugés raciaux du secteur (en particulier les préjugés contre les Noirs et les Autochtones). Nous devons également nous efforcer de remédier aux interventions mondiales qui ont privé les peuples et les institutions des pays historiquement défavorisés de leur droit d’agir et de disposer d’eux-mêmes au nom du progrès économique et social. En tant que signataire de traités sur les droits de la personne (y compris ceux qui portent sur la réconciliation avec les peuples autochtones et la protection de toutes les personnes contre les préjugés fondés sur la race, l’ethnicité ou d’autres facteurs identitaires), nous nous engageons à défendre les valeurs d’égalité, de dignité et d’inclusion et à promouvoir leur application dans tous les domaines de l’engagement mondial du Canada.

Coopération Canada a réuni un groupe consultatif qui a formulé des pistes d’action collective pour un secteur plus antiraciste. Ces pistes sont consignées dans le Cadre sur l’antiracisme du secteur de la coopération internationale du Canada. Ce cadre décrit les principaux engagements, notamment les efforts visant à modifier les structures et les processus institutionnels et à lutter contre les préjugés raciaux dans le travail des organisations sectorielles, en particulier en ce qui concerne les partenariats, la conception et la mise en œuvre de programmes, la défense des droits, la narration d’histoires et, plus généralement, les communications. 

Au cours de sa première année d’existence, 71 organisations du secteur ont signé le cadre et réalisé des enquêtes institutionnelles pour documenter le premier rapport de base du secteur sur la lutte contre le racisme. Une Équipe stratégique sur la responsabilité, composée de collègues des organisations signataires, a élaboré la méthodologie et produit un rapport de référence prospectif. Ledit rapport a été présenté le 21 juin 2021 lors d’un événement auquel ont participé 170 personnes et qui a été introduit par l’honorable Karina Gould, ministre du développement international, qui a exprimé son soutien à cette initiative du secteur. Le rapport énumère sept recommandations primordiales au moment où les organisations entreprennent un processus à long terme de changement antiraciste.

À l’avenir, les organisations pourront continuellement adhérer au Cadre et deviendront signataires le 21 mars de chaque année, après avoir soumis l’enquête annuelle qui servira de base aux rapports d’avancement produits chaque année. L’Équipe stratégique sur la responsabilité sera hébergée par un centre Anti-Racisme en Coopération (ARC), la capacité institutionnelle et collective des organisations signataires à progresser dans le respect des engagements prévus par le Cadre.

Ce Cadre n’est ni parfait ni définitif, ni notre destination. Ce cadre, cependant, fournira un terrain d’entente, des instruments d’orientation et un élan pour un secteur de coopération internationales plus antiraciste. Nous vous invitons à signer le Cadre (disponible ci-dessous en anglais et en français), à encourager les autres à faire de même et à vous joindre à nous pour aller encore de l’avant. Ce n’est que le début, et nous sommes impatients de commencer ce travail avec vous. 

 Contact : [email protected]